Eat Me, Drink Me


Un album de sorti en chez .

Il est entendu que pour beaucoup Marilyn Manson ne sera jamais rien d’autre qu’un pantin métalleux à l’univers complètement artificiel et vendu aux forces de l’argent sous le vernis de la subversion. Il n’y a donc pas lieu de perdre son temps à prêcher dans le vide ou à chercher quelque argument, mais bien à […]

Il est entendu que pour beaucoup Marilyn Manson ne sera jamais rien d’autre qu’un pantin métalleux à l’univers complètement artificiel et vendu aux forces de l’argent sous le vernis de la subversion. Il n’y a donc pas lieu de perdre son temps à prêcher dans le vide ou à chercher quelque argument, mais bien à s’atteler à l’essentiel.

Tous ceux qui auront pris le temps d’une part de lire ne serait-ce qu’une interview consistante du personnage savent que c’est quelqu’un de fin et cultivé, et d’autre part ceux qui ont pris le temps d’écouter ses albums savent qu’il a petit à petit fait évoluer son univers pour créer une sorte de rock indus baroque, fait bien sûr de dérision mais habité avec un aplomb peu commun, et qu’il a distillé à chaque album nombre de morceaux qu’on ne peut qu’attribuer à quelqu’un qui a deux ou trois atouts dans sa manche. Aujourd’hui, avec Heart-Shaped Glasses, premier single lâché en éclaireur d’"Eat Me, Drink Me", il franchit un palier supplémentaire en réussissant ce que beaucoup cherchent toute une carrière, à savoir le single pop imparable, immédiatement évident et addictif, et qui risque de tourner un moment un peu partout. 

Mais "Eat Me, Drink Me" ne se résume pas à celà. S’inscrivant en véritable artiste, Marilyn Manson ose l’album dépouillé sans rien renier de ses expériences passées. Ainsi la majeure partie du disque se compose de morceaux en mid-tempo, introspectifs comme If I Was Your Vampire ou They Said Hell’s Not Hot, lorgnant même parfois vers le blues (Just A Car Crash Away). Sur l’ensemble de ces morceaux, le son apparaît toujours très produit et high-tech, mais se révèle plus comme une marque de fabrique que comme un artifice quelconque, et laisse l’idée même de métal de côté pour lui préférer quelque chose de plus profond. Un son qui colle parfaitement à la définition que l’on aimerait donner de Marilyn Manson : une sensibilité et sagacité évidente glissées dans un écrin conceptuel et outrancier assumé.

Sur Mutilation Is The Most Sincere ou You And Me, on retrouve des ambiances plus extraverties et habituelles, mais l’esssentiel est réussi : un album ramassé et par conséquent dégraissé, sur lequel après avoir visité divers concepts, Marilyn Manson devient lui-même ce concept pour révéler un sens de la composition et de l’interprétation qui deviendra difficile à nier.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. If I Was Your Vampire
  2. Putting Holes In Happiness
  3. The Red Carpet Grave
  4. They Said That Hell's Not Hot
  5. Just A Car Crash Away
  6. Heart-Shaped Glasses (When The Heart Guides The Hand)
  7. Evidence
  8. Are You The Rabbit?
  9. Mutilation Is The Most Sincere Form Of Flattery
  10. You And Me And The Devil Makes 3
  11. EAT ME, DRINK ME