Little Hells


Un album de sorti en chez .

9

Et si c’était enfin le tour de Marissa Nadler ? Quand Mariee Sioux, Alela Diane et Emily Jane White trustent les pages des journaux dès leur premier album ou presque, la jolie Marissa a déjà 3 albums dans sa besace, 3 magnifiques recueils de folk sombre et mélancolique. « Little Hells » est donc le nouveau rejeton de […]

Et si c’était enfin le tour de Marissa Nadler ? Quand Mariee Sioux, Alela Diane et Emily Jane White trustent les pages des journaux dès leur premier album ou presque, la jolie Marissa a déjà 3 albums dans sa besace, 3 magnifiques recueils de folk sombre et mélancolique. « Little Hells » est donc le nouveau rejeton de celle que l’on suivrait aveuglément jusqu’en enfer ou au fond des océans, appâté par le son de sa voix gorgée de reverb.

Si l’atmosphère de ce nouvel album est toujours plutôt folk, le changement de producteur a semble t’il apporté un nouveau souffle aux compositions de Marissa. Chris Coady (le dit producteur), n’est pas un inconnu pour les oreilles averties puisque on a pu apprécier son travail par le passé chez les Yeah Yeah Yeahs, Tv on The Radio ou encore Blonde Redhead. Il n’est pas venu les mains vides puisque Simone Pace, le batteur de Blonde Redhead, est crédité de toutes les parties de batterie de l’album. Avec ces 2 as en poche, il n’est pas étonnant que les compositions de Marissa aient pris du volume, sortant quelque peu du (magnifique) carcan folk dans lequel elle se complaisait…et nous avec.

Ce changement apparait dès l’introductif Heart Paper Lover, nimbé de l’aura mystique de pianos Wurlitzer. On reste dans des atmosphères gothico-folk avec Rosary et Mistress, bercées par une lap steel ténébreuse qui donnera un peu plus de grain à moudre à ceux qui voient en Marissa Nadler la nouvelle Hope Sandoval (Mazzy Star). Bien que superbe, Ghost & Lovers joue dans le répertoire habituel de la demoiselle, ce qui n’est pas le cas de Mary Come Alive qui ne dépareillerait pas sur un album récent de Blonde Redhead. La présence de Chris Coady et Simone Pace n’y est pas étrangère. Enfin, comment parler du nouveau Marissa Nadler sans aborder l’utilisation de synthés sur Little Hells et Loner, les 2 joyaux de l’album, avec The Whole is Wide et son piano spectral.

Si l’enfer a pour gardien Marissa Nadler on veut bien prendre un ticket pour l’éternité.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Heart Paper Lover
  2. Rosary
  3. Mary Comes Alive
  4. Little Hells
  5. Ghosts & Lovers
  6. Brittle, Crushed & Torn
  7. The Whole Is Wide
  8. River Of Dirt
  9. Loner
  10. Mistress