Melmac


Un album de sorti en chez .

Les frères Reverter font leur petit bonhomme de chemin’ Sans trop prévenir, voila qu?ils arrivent avec le successeur de « Les Secours Arrivent et Prennent le Relais ». Non seulement ce deuxième album est discret, mais il est aussi muet à sa manière (graphisme minimal, absence de titres) et ô combien imperturbable? pour ne pas […]

Les frères Reverter font leur petit bonhomme de chemin’ Sans trop prévenir, voila qu?ils arrivent avec le successeur de « Les Secours Arrivent et Prennent le Relais ». Non seulement ce deuxième album est discret, mais il est aussi muet à sa manière (graphisme minimal, absence de titres) et ô combien imperturbable? pour ne pas dire perturbant ?

Ce disque est à n’en point douter l’album le plus sombre de Melmac à ce jour ; sombre et sobre, mais certainement pas « noir » ou extrême. Au point de convergence entre folk, post-rock et ambient, cet album dégage une sensibilité étrange, souvent construite sur un élément plus froid, telle la guitare acoustique un brin martiale du second morceau, ou, deux pistes plus loin, ces cris déchirant venant se poser sur une rythmique pour le moins insouciante?

Melmac nous plonge dans un voyage étrange et inquiétant ou baignent des reliques de musique folk sur fond de contemplation post-apocalyptique, un voyage aux accents mystiques, parfois, qui se décomposera au fil de nos errances, les repères s?ôtant un a un pour nous déposer sur la dernière plage, avant un ultime plongeon d’une demi heure dans les abysses, en suspens? plongée propice aux méditations éveillées par tout le début de l’album.

Froid et introspectif, ce nouveau disque de Coco et Luc Reverter est clairement une réussite. A savourer en silence, la tête dans les etoiles?noires.

Jul
Chroniqueur