Loveheart


Un album de sorti en chez .

Le Britannique Conrad Lambert, alias Merz, musicien discret et bourlingueur, revient sur le devant de la scène après sept ans d’absence. Après avoir tâté de l’électronica sur son album éponyme, il sort cet album sur le label indépendant Grönland, hébergeant entre autres Fujiya et Miyagi ainsi que Metric. Le piano sur Postcard From a Dark […]

Le Britannique Conrad Lambert, alias Merz, musicien discret et bourlingueur, revient sur le devant de la scène après sept ans d’absence. Après avoir tâté de l’électronica sur son album éponyme, il sort cet album sur le label indépendant Grönland, hébergeant entre autres Fujiya et Miyagi ainsi que Metric.

Le piano sur Postcard From a Dark Star nous donne des nouvelles de Conrad, égaré entre les étoiles et les contrées lointaines. Ce morceau délicat annonce la couleur d’un album foisonnant et riche en arrangements discrets. Curieux de nature et ouvert d’esprit, le bonhomme a rapporté de ses nombreux voyages des sonorités exotiques, telle la kora sur le magnifique Verily qui lorgne sur les terres de Toumani Diabaté. Ses mélodies ciselées et élégantes sont à ranger, sans vouloir l’enfermer dans une case quelconque, du côté de celles d’Andrew Bird et de Sufjan Stevens, ce qui n’est pas rien. Il partage avec ces deux génies, l’art de la sincérité et de la discrétion.

L’intro de Dangerous Heady Love Scheme fait rapidement place à une farandole de clavecins, instrument rare mais au combien précieux. La voix singulière presque éraillée de Merz s’y déploie en toute liberté. La sublime ballade à la guitare, My Name is Sad and at Sea, est elle agrémentée d’un violoncelle. Des morceaux comme Warm Cigarette Room ou Mentor délaissent un tant soi peu le territoire du folk pour s’aventurer vers des contrées plus électriques, comme l’a fait récemment Andrew Bird avec brio, sans se compromettre. 

L’album s’intitule "Loveheart", et on a envie de l’aimer, après l’avoir apprivoisé avec respect et admiration. On ne demande pas mieux que d’avoir un tel ambassadeur défricheur pour élargir le champ musical du songwriting.

Chroniqueur
  • Publication 305 vues16 avril 2008
  • Tags MerzGrönland
  • Partagez cet article
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Postcard from a Dark Star
  2. Dangerous Heady Love Scheme
  3. Verily
  4. My Name Is Sad and At Sea
  5. Butterfly
  6. At Night I Dream Your Bedroom's Crammed With Ducks
  7. Warm Cigarette Room
  8. Mentor
  9. The Leaving Song (Yorkshire Traction)
  10. Loveheart

La disco de Merz