Triage


Un album de sorti en chez .

7

Le cœur toujours à l'ouvrage, Jake Webb tourne les pages et fait le tri...

Marqué au fer rouge sur les radars depuis la parution – et le franc succès – de « Everything Is Forgotten », en plus de faire partie de ces groupes remuant fièrement la bannière du psychédélisme cultivée à l’australienne, les attentes autour du come-back annoncé de Methyl Ethel étaient somme toute légitimes. Il n’en fallait pas moins, de surcroît, qu’une nouvelle performance de son maître à jouer Jake Webb pour définitivement rendre grâce à sa talentueuse polyvalence, lui qui s’est encore abandonné dans l’écriture, la composition et la production de la totalité de ce troisième album.

Pourtant, c’est avec humilité que ce dernier loue l’immense apport de l’ingénieure du son Marta Salogni, qui l’a aidé côté mixage à façonner l’envie de rupture, l’esprit du détail et les couleurs désirées pour « Triage ». Comme pour beaucoup de néo-trentenaires, l’heure du premier bilan s’impose et c’est évidemment dans son domaine de prédilection que l’artiste rompt ses attaches au passé, en partie au niveau des textes et de cette volonté manifeste de transmettre des émotions autres, moins personnelles et plus universelles, et ainsi libérer ses aspirations de leurs propres étaux, soit une autre manière de s’émanciper spirituellement et de se recentrer ailleurs que sur soi. Un point de contraste plus qu’étonnant pour quelqu’un qui oeuvre généralement en solo, loin du tumulte collectif qui règne parfois en studio.

C’est ainsi que la plupart des titres sont imprégnés de mélancolie, même lorsque certains sont voués à se trémuler sous les néons d’une pop psyché qui, on vous l’accordera, s’accommode selon les goûts et la sensibilité de chacun (Scream Whole, Trip The Mains, Real Tight). Cela dit, on reconnaîtra davantage cet aspect sur des pistes polies pour l’exercice, là où toutes les planètes s’alignent pour dire que le garçon sait parfaitement s’adonner en la matière (All The Elements, Post-Blue, What About the 37º?), jusque qu’atténuer de façon brutale son attrait pour les compositions fantasmagoriques, l’unique titre Hip Horror faisant ici acte de résistance. L’arme fatale qui fait indéniablement faillir, dans son optique fétiche de véhiculer des sentiments et de nouer les viscères, reste sans conteste sa voix, malléable et androgyne, sublimement mise en valeur aux pendants sur lesquelles elle divague, sans artifices d’un côté ou avec le juste écho de l’autre. Le genre de signature qui fait l’apanage des grands artistes, et ce même lorsque le contenu manque parfois d’un semblant de relief…

Community Manager
  • Publication 571 vues25 février 2019
  • Tags Methyl Ethel4AD
  • Titres recommandés All The Elements What About the 37º?
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Ruiner
  2. Scream Whole
  3. All The Elements
  4. Trip The Mains
  5. Post-Blue
  6. Real Tight
  7. Hip Horror
  8. What About the 37º?
  9. No Fighting

La disco de Methyl Ethel