Michel_Cloup_Duo-Danser_Danser_Danser_Sur_Les_Ruines

Danser Danser Danser Sur Les Ruines


Un album de sorti en chez .

7

Tout en maîtrise, ils enfoncent le cloup.

Pas de première facilité de se détacher d’empreintes laissées comme celle de Diabologum. Culte par définition, presque par contumace, le groupe toulousain de Michel Cloup et Arnaud Michniak, aussi éphémère qu’anachronique est vu dorénavant comme l’aïeul de nombre d’artistes francophones.

Sauf que Diabologum, c’est fini, depuis plus de 20 ans…

Cloup a eu le temps depuis d’officier avec l’excellentissime Expérience pendant quelques années. Si, veinards, ces deux références ne vous parlent pas, n’hésitez surtout pas à vous dégager quelques heures d’immersion dans cet univers à part…

Michel Cloup Duo s’approche, lui, doucement des 10 bougies. “Danser Danser Danser Sur Les Ruines”, s’immisce en cinquième position d’une discographie pointue, peu accessible et où les élans saturés des débuts se font de plus en plus rares.

Les deux morceaux qui introduisent l’album manifestent d’ailleurs le penchant très synthétique / son clair de notre ami. Soyons honnêtes, entre des textes toujours aussi particuliers, une voix bloquée à l’adolescence et une instrumentation dans la retenue, n’auront pas participé à nous motiver à l’écoute du reste. Non pas que la démarche manque de qualité ou d’originalité, mais il s’agit là plus d’affinité. C’est pour ces raisons purement personnelles que pour nous l’album démarre presque avec Les Invisibles.

On se sent presque reac à l’idée que dès les premières notes saturées, le duo nous raccroche aussi facilement. Mais justement, entre la voix douce, tout sauf éraillée, les textes d’une limpidité extrême, il nous manquait jusque-là un équilibre qui se retrouve dans un son plus direct, martelé où les arrangements se veulent plus diffus, moins mis en avant.

Une fois introduit, “Danser Danser Danser Sur Les Ruines”, prend tout son essor. Le verbe percutant et la poésie hallucinée et grisâtre de Cloup trouve son écrin parfait. Attention, qui dit mélodies, harmonies ou riffs plus directs ne dit en aucun cas simplicité. Pour preuve, Le Futur Dans Tes Yeux sera superbement hanté par un jeu de grattage bien particulier de la six cordes.

Si nous devions n’en retenir qu’une, ce serait sans aucun doute  Le Jour D’Après, Celui Qui Suit. Tout en élégance pop, mais jamais bien loin du rock, le titre est un parfait exemple de l’équilibre qui, à notre sens, échappe parfois des productions du Michel Cloup Duo. Ni élitiste, ni facile, nous avons ici un morceau efficace et exigent, ce genre de production qui labellise des artistes tels que nos amis. Il y a fort à parier que la formulation ne plairait pas au groupe, mais on parle là d’une marque de fabrique, pas d’un carcan.

Comme précisé en amont, il y a fort à parier que nous soyons réfractaires à ce que Cloup s’éloigne trop de son passif glorieux, mais bien heureusement, l’artiste expérimente mais se perd très rarement.

Webmaster
  • Publication 814 vues4 avril 2019
  • Tags Michel Cloup DuoIci d'ailleurs...
  • Titres recommandés Les invisibles Le futur dans tes yeux En ne pensant à rien Le jour d'après, celui qui suit Et bien au-delà
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Gagnants
  2. Amnésiques heureux
  3. Les invisibles
  4. Le futur dans tes yeux
  5. En ne pensant à rien
  6. Le jour d'après, celui qui suit
  7. Et bien au-delà
  8. Les vrais héros ne meurent jamais
  9. Nous perdre dans nos rires

La disco de Michel Cloup Duo