Mika Miko - We Be Xuxa

We Be Xuxa


Un album de sorti en chez .

9

Octobre 2009. La nouvelle tombe. Le groupe californien Mika Miko, majoritairement composé de filles, n’est plus. L’occasion pour nous de revenir sur leur dernier album, “We Be Xuxa”, sorti quelques mois plus tôt et de loin le plus abouti de leur discographie. Car si nous nous penchons aujourd’hui sur cet opus, c’est bien parce qu’il […]

Octobre 2009. La nouvelle tombe. Le groupe californien Mika Miko, majoritairement composé de filles, n’est plus. L’occasion pour nous de revenir sur leur dernier album, “We Be Xuxa”, sorti quelques mois plus tôt et de loin le plus abouti de leur discographie. Car si nous nous penchons aujourd’hui sur cet opus, c’est bien parce qu’il présente un concentré d’énergie et d’efficacité assez rare pour être remarqué.

Mika Miko, avec des groupes tels que No Age, appartient à la scène indépendante et underground qui sévit ces dernières années sur Los Angeles, où le club The Smell fait notamment figure de proue au sein de tout ce joyeux chahut musical et artistique. Le groupe cultive alors ce côté un peu brouillon dans ses compositions, où l’urgence se marie fort bien avec l’hystérie. C’est l’anarchie la plus totale et elle est bougrement efficiente. Comme quoi, quand les femmes s’en mêlent, elles ne font pas les choses à moitié !

Blues Not Speed
a la difficile tache d’ouvrir le bal. D’ores et déjà, le titre nous met dans l’ambiance. Pas de superflu, du brut, du brut et encore du brut ! Le chant est chaotique (Totion) et nous nageons dans le délire le plus total avec des paroles réjouissantes de futilités, hautement suggestives et évocatrices (Turkey Sandwich et Sex, reprise des excellents Urinals qui sont par ailleurs de retour). Avec des compositions au croisement du garage et du punk, Mika Miko réveille le jeune rebelle qui sommeille en nous et donne diablement envie de se déchaîner. Le disque n’excède pas vingt minutes, remettant au goût du jour la traditionnelle formule du tube punk crade par excellence où tout se joue entre une et deux minutes.

Se rapprochant de groupes comme X-Ray Spex ou encore Le Tigre, nul doute qu’une petite vingtaine d’années plus tôt, Mika Miko aurait aisément pu être associé au mouvement Riot Grrrl. En attendant, ce disque prouve que l’esprit superficiel et déridant n’est pas mort. Au contraire. Car, en effet, cet opus ne saurait être apprécié au premier degré. C’est dingue, c’est déjanté, c’est définitivement adopté.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Blues Not Speed
  2. Turkey Sandwich
  3. I Got A Lot (New New New)
  4. Wild Bore
  5. Sex
  6. Totion
  7. On The Rise
  8. Beat The Rush
  9. Johnson R. Cool
  10. Sex Jazz
  11. Keep On Calling
  12. Turkey Barnyard Mix

La disco de Mika Miko

We Be Xuxa9
90%