MØN


Un album de sorti en chez .

Les sorties sont légion chaque mois, et il faut bien admettre que très peu méritent un intérêt de par leur originalité? Créé en 2004 sous influences post-rock, pop et classique, Mon présente pourtant aujourd’hui un disque inattendu, intelligent et sensible, totalement à contre-courant de la mode actuelle ? et l’on peut s’en réjouir ! Si […]

Les sorties sont légion chaque mois, et il faut bien admettre que très peu méritent un intérêt de par leur originalité? Créé en 2004 sous influences post-rock, pop et classique, Mon présente pourtant aujourd’hui un disque inattendu, intelligent et sensible, totalement à contre-courant de la mode actuelle ? et l’on peut s’en réjouir !

Si Mon cite A Silver Mount Zion, Mogwai, Steve Reich pour décrire sa musique, le groupe le plus proche semble en réalité être les Rachel’s. Non pas que les Parisiens miment les Américains, mais ces deux combos partagent le même goût pour les mélanges réussis de pop, rock, musique classique et jazz. Tous deux proposent des morceaux intelligents, raffinés, tant au point de vue de la composition, des arrangements que de la production. Il y a chez eux un savoir faire et un véritable amour du son. Ainsi Mon offre une musique ample et luxuriante où se croisent de nombreuses sonorités ? piano, guitares, quatuor à cordes, basse, batterie,? ? avec un goût sûr pour la mélancolie.

Le seul reproche qui pourrait y être adressé tiendrait à cette relative froideur, due au désir du groupe de garder le contrôle. A force de raffinement, le danger est bien de tomber dans une sphère plus cérébrale que sensible. C?est le cas sur plusieurs morceaux où l’on sent par exemple que le goût de Mon pour la musique répétitive et celle de Michael Nyman peut venir quelque peu altérer leurs compositions. On aimerait plus de simplicité, de limpidité. Comme en témoigne le morceau d’ouverture de ce EP, Tvey, les Parisiens sont capables d’exploits lorsqu’ils se laissent happés par le lyrisme de leurs mélodies.

Ce défaut demeure toutefois mineur dans la mesure où leur musique reste tout à fait personnelle. Leur manière de marier la musique classique et le rock est inédite et pourrait bien donner naissance à de très beaux morceaux lyriques et épiques. Nous croiserons donc les doigts pour que Mon suive peut être davantage son instinct que son esprit. Il est si rare d’entendre aujourd’hui (surtout en France) de jeunes groupes produire une musique aussi subtile !

Chroniqueur

La disco de MØN

MØN
0%

MØN

MØN
0%

MØN