s/t


Un album de sorti en chez .

3

Rétro, ou comment être un réac édulcoré et dans l'air du temps

La brit-pop en a marqué plus d’un et parmi ses victimes, les quatre gars de Mozes & Fistborn. En l’occurrence on dépasse même le stade de l’influence, tant la petite bande s’évertue à singer des schémas déjà forts écumés…

Un peu de tendance psychédélique par ici (passage obligé du moment), des titres à trois accords efficaces par là, un fond de guitare sèche, le tout soutenu par une voix sortie de la douche de Liam Gallagher, avant le café du matin. Vous aurez compris que cet opus viendra grossir la pile des albums à écoute unique, pas spécialement mauvais mais qui à force de ne pas prendre de risque, laisse bien de marbre.

On frôle même les pulsions d’homicides sur certains titres type I got skills, où Mozes & Fistborn pousse un peu plus loin la logique chant de sale gosse/ chorus d’adolescent et musique digne d’une bande-son de teenmovie. A contrario, on sent quelques lointaines accointances avec un rock un peu plus lourd dans Seasons, Time’s A Headache par exemple, qui semblent être une voie salvatrice quant à l’originalité de leurs futures productions. Le titre Heaven, lui, fait penser fortement aux Dandy Warhols période Thirteen Tales From Urban Bohemia. Malheureusement, on a tendance à penser que ces 12 titres ont plus été calibrés pour ouvrir les portes de radios et festivals, et que les quelques lueurs d’espoir sont d’heureux concours de circonstances.

En conclusion, du sous-Oasis passé à la moulinette d’un psych-rock on ne peut plus convenu, dont les quelques brefs reliefs dans cet océan de platitude peinent à nous maintenir à l’écoute. Inconditionnels de brit-pop? Tentez peut-être le coup (attention on est loin de Jarvis Cocker). Soif d’originalité? Buvez plutôt un cola aromatisé…

S’il ne devait rester qu’un titre : Heaven.

Webmaster
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

La disco de Mozes & the Firstborn

s/t3
30%