1830

We’re On Strike (Movement For The 21st Century)


Un album de sorti en chez .

7

On avait découvert Myrna Minkoff, groupe dijonnais empruntant son nom à l'un des principaux personnages de "La Conjuration des Imbéciles", avec leur précédent album "Acouphènes / Phosphènes". Le son à l'étroit mais les idées bien aérées, Myrna Minkoff poursuit la voie d'un hardcore mélodique sur cet album (paru il y a déjà de nombreux mois).

On avait découvert Myrna Minkoff, groupe dijonnais empruntant son nom à l’un des principaux personnages de “La Conjuration des Imbéciles”, avec leur précédent album “Acouphènes / Phosphènes”. Le son à l’étroit mais les idées bien aérées, Myrna Minkoff poursuit la voie d’un hardcore mélodique sur cet album (paru il y a déjà de nombreux mois).

 

Pour tout dire, l’approche de Myrna Minkoff pourrait être qualifiée de désuète par son acharnement à glorifier un genre qui appartient au passé. On ne connaît plus beaucoup de groupes qui pratiquent ce son et ce style hardcore, très marqué par les nineties, avec autant d’acharnement. En cela, le combo bourguignon fait preuve d’une opiniâtreté qui force le respect. Evidemment, cela n’aurait pas vraiment d’intérêt si les morceaux proposés n’étaient pas porteurs d’un minimum d’inspiration. Sur ce plan, “We’re On Strike” poursuit le chemin tracé par “Acouphènes” et démontre une fois de plus que le groupe maîtrise très bien cet équilibre particulier entre l’apaisement de mélodies presque classiques mais rehaussées d’harmonies dissonantes et la rudesse de riffs de guitare mordants, qui fait la saveur des meilleurs disques du genre depuis Hüsker Dü ou Sonic Youth. Myrna Minkoff, en alternant les titres brefs, directs comme des uppercuts (Twoflowers ou le très réussi Apo Island) et les morceaux plus complexes (Agent Mancuso, Glamaranana), remplit parfaitement son contrat en livrant un opus qui répond à tout ce que l’on peut attendre d’un bon disque de hardcore.

 

Doctrine bien ancrée dans les racines de plusieurs courants les plus fructueux de l’histoire du rock, le Do It Yourself (DIY) ne permet pas de produire des disques brillants, clinquants. “We’re On Strike”, album bricolé avec des moyens que l’on imagine limités, doit composer avec la rugosité et la rudesse de sa production fruste. L’objectif n’est pas d’en mettre plein les yeux de l’auditeur mais de jouer sur la proximité, sur la connivence en faisant des approximations, des limites du son autant d’atouts pour mieux parler à l’auditeur avec de bonnes compositions. C’est exactement ce sentiment de proximité, cette honnêteté et cette humilité que l’on ressent dans la démarche de Myrna Minkoff qui font de ce nouvel album un disque plus qu’estimable.

Chroniqueur