Nada Surf - The Stars Are Indifferent to Astronomy

The Stars Are Indifferent to Astronomy


Un album de sorti en chez .

"Tiens, je pensais que REM s’étaient séparés! "; ainsi pourrait être la réflexion initiale à l’écoute du morceau d’ouverture de de "The Stars Are Indifferent To Astronomy", Clear Eye Clouded Mind, même si celui-ci est plus proche de "Accelerate" que des refrains pastoraux de "Out of Time". C’est bien alors le mérite d’un groupe comme […]

"Tiens, je pensais que REM s’étaient séparés! "; ainsi pourrait être la réflexion initiale à l’écoute du morceau d’ouverture de de "The Stars Are Indifferent To Astronomy", Clear Eye Clouded Mind, même si celui-ci est plus proche de "Accelerate" que des refrains pastoraux de "Out of Time". C’est bien alors le mérite d’un groupe comme Nada Surf que de célébrer son 20ème anniversaire par un disque souhaitant transcender certains schémas ou influences trop voyantes. Sachant qu’il s’agit de leur premier opus de compositions originales depuis "Lucky" en 2008, on se doit de louer un effort qui ne veut pas nous laisser sur la faim d’un disques de reprises ("If I Had A Hi-Fi") et d’un live, tous deux sortis en 2010. 

Dire que le combo a changé serait exagéré; on retrouve toujours la même voix délicate de Matthew Caws comme si les années n’avaient pas de prise sur elle et que le répertoire de Nada Surf restait invariablement fixé à ces refrains power pop (Waiting For Something ou The Moon Is Calling) propres à véhiculer une éternelle verve adolescente. C’est pourtant à l’aulne de ce qu’il souhaite aujourd’hui faire transparaître qu’il convient de jauger le disque et, à cet égard, il est, ne serait-ce que par son titre, révélateur d’une certaine gravité. Des titres comme le mélancolique When I Was Young ou le plus enlevé Teenage Dreams sonnent ainsi comme si Nada Surf souhaiter tirer un trait sur une certaine insouciance. No Snow on the Mountains enfonce le clou de cette atmosphère de désenchantement et la même désillusion semble traverser un Jules and Jim même si, et c’est là que l’on retrouve un des travers du groupe, un certain manque d’originalité dans les compositions se manifeste. 

Bien sûr Let the Fight Do The Fighting s’efforce d’attaquer la problématique de la résignation de façon abrupte mais, le plus souvent, il s’agit d’artifices plutôt que d’une preuve de véritable richesse mélodique. On a souvent considéré que c’était les textes qui posaient problème à Nada Surf. Sur "The Stars Are Indifferent To Astronomy" il y a une réelle volonté de s’affranchir de refrains directs et simplistes mais, quelque part, le trio semble avoir troqué pour autre chose une inspiration qui lui faisait déjà défaut depuis plusieurs années. L’album live et "If I Had A Hi-Fi" étaient en effet symptomatiques d’une certaine stagnation si on les compare à l’excellent "Lucky" et il semblerait que, si resourçage et maturation il y a, cela se soit fait au détriment de l’écriture mélodique. 

Reste alors un album de rock plus ou moins indé, agréable et écouter, mais dont on ne peut dire qu’il soit traversé par des éclairs propres à susciter une coup de coeur ou des titres qui en surnageraient. Constance donc dans l’humeur douce-amère, éclairée parfois par quelques riffs de guitares plus acérés, on comprendra ce choix puisque l’album se veut une réflexion plutôt mélancolique sur l’indifférence du Temps par rapport à nos vies individuelles; on optera néanmoins pour constater que, si nostalgie il y a, ce sera pour cette période où Nada Surf se montrait plus prolixe dans l’éclectisme comme sur "The Proximity Effect" ou "Let Go", bref pour un retour vers de plus belles années.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Clear Eye Clouded Mind
  2. Waiting For Something
  3. When I Was Young
  4. Jules And Jim
  5. The Moon Is Calling
  6. Teenage Dreams
  7. Looking Through
  8. Let The Fight Do The Fighting
  9. No Snow On The Mountain
  10. The Future