Re-Works


Un album de sorti en chez .

7

De l'art de sublimer le sublime...

Dans la famille des hyperactifs, je demande le guitatiste. Frédéric D. Oberland mène de front pas moins de quatre projets parallèles. Tous évoluent dans des univers rarement empruntés par la scène française, en gardant une poésie et une profondeur d’âme particulièrement hexagonale, exacerbée.

Oiseaux-Tempête sort son premier album, éponyme, en 2012, loin de se passer dans l’anonymat l’album va rapidement trouver son public. Évoluant dans la nébuleuse mogawaïenne, le groupe français se détache par une épuration des sons au profit d’une plus grande acidité, avec des titres percutants, bien que très aériens, on croit déceler en cela l’influence des nombreux projets de Serge Teyssot-Gay.

C’est donc en avril 2014 que paraît ce « Re-Works », intitulé à point nommé, l’album contient un ensemble de remix de son prédécesseur, enfantés par de multiples rencontres.

Ne nous le cachons pas, le titre introduisant l’oeuvre nous a clairement refroidis. Trop rythmé, dénaturé de son impression première, Nuage Noir se perd dans une tentative à l’électro bien trop envahissante. À en juger le remix du même titre en piste 4 bien plus humble par rapport à l’oeuvre originelle, on est confirmé dans notre impression. Pour le reste, les différentes retouches donnent une nouvelle âme non moins intéressante aux morceaux initiaux, moins acide et plus orchestrée.

Cet aspect moins underground place ce « Re-Works » comme une BO rêvée d’un film entre post apocalyptique et profondeur contemplative, The Road, grande oeuvre de John Hillcoat, ferait un parfait candidat. On ne peut s’empêcher effectivement d’apposer des images, des scènes à ces bandes sonores tant elles font raisonner nos sensations instinctives. Oui on peut certainement tenir ce genre de propos avec nombre de disques du même style, mais le fait est que « Re-Works » déclenche des images mentales, s’insère au plus profond de notre cerveau sans passer par le cortex. Comme un copier/coller sensitif au fond de notre âme, sans filtre intellectuel, on est même parfois à la limite du malaise par pur réflexe de survie.

« Re-Works », projet bien ambitieux et risqué à l’origine, mal parti qui plus est, s’avère être un franc succès, un sublime intermède entre deux albums d’une des formations françaises les plus excitantes du moment.

S’il ne devait en rester qu’un titre : Nuage Noir (May Roosevelt remix).

Webmaster

Tracklist

  1. Nuage noir, pt. 1 - Leopard of Honour Remix
  2. Call John Carcone - Scanner Remix
  3. La traversée - Saåad Remix
  4. Opening Theme (Ablaze in the Distance) [Dag Rosenqvist Remix]
  5. Nuage noir, pt. 2 - May Roosevelt Remix
  6. L'île, pt. 1 - Colin Johnco Remix
  7. Buy Gold (Beat Song) [Witxes Remix]
  8. L'île, pt. 2 - Aun Remix
  9. Ouroboros - Justin Small Remix
  10. Kyrie Eleison - Machinefabriek Remix
  11. Silencer - Richard Knox & Cyril Secq Remix

La disco de Oiseaux-Tempête