More Than Any Other Day


Un album de sorti en chez .

7

La nouvelle recrue de Constellation débarque avec son premier album, bille en tête.

Formé il y a seulement deux ans, sur les brisées du printemps érable, le mouvement social qui a secoué Montreal, Ought a donc déjà gravé son travail sur disque. Quand on sait que le crédo de Constellation est qu’un groupe doit entrer en studio quand il a atteint la maturité nécessaire, pas s’y précipiter pour battre le fer pendant qu’il est chaud au risque de livrer un résultat bancal et décevant qui, dans le pire des cas, va le plomber pour la suite, ça peut surprendre. Pourtant, le label n’a pas dérogé à la règle qu’il s’est fixée et la plupart des titres de « More Than Any Other Day » figuraient déjà sur une maquette autoproduite et ont été réenregistrés. Mais le coup de génie de la production est d’avoir su préserver l’énergie brute du groupe, qui constitue le premier élément remarquable de l’album et son premier atout.

Car soyons clairs, ce qui retient l’attention chez Ought, ce n’est pas l’originalité du propos, élément très rapidement secondaire, mais plutôt le plaisir d’avoir affaire à un groupe en pleine montée de sève qui, dès l’introductif Pleasant Heart, pose le décor : batterie exaltée, riffs de guitare basiques, voix qui part gentiment en vrille. On pense aux Talking Heads des débuts, à The Fall pour le côté parfois bavard, à d’autres encore sans doute… Mais nul besoin de cultiver la nostalgie pour succomber d’emblée à Today More Than Any Other Day, qui monte inexorablement en puissance pour finir par donner envie de pogoter dans son salon, à Around Again et sa basse très new-wave, ou encore au nonchalant mais néanmoins impeccablement écrit Habit.

Mais Ought sait aussi ralentir le tempo et laisser à Tim Beeler, le temps d’un The Weather Song notamment, l’occasion de démontrer qu’il est un véritable chanteur et pas seulement un gouailleur. Le groupe se distingue aussi en s’affranchissant des formats pour évoluer entre garage et blues sur des pièces comme Forgiveness où Tim Keen délaisse sa batterie pour un violon. A la fois irrigué par des sources éternelles et traversé de courants qui ne doivent rien à personne, « More Than Any Other Day » est un bien beau manifeste et Ought une des grandes révélations de 2014.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. Pleasant Heart
  2. Today More Than Any Other Day
  3. Habit
  4. The Weather Song
  5. Forgiveness
  6. Around Again
  7. Clarity!
  8. Gemini

La disco de Ought

Sun Coming Down7
70%

Sun Coming Down

More Than Any Other Day7
70%