Heartland


Un album de sorti en chez .

9

Owen Pallett est un violoniste plus connu sous le nom de Final Fantasy, en hommage à la série de RPG nippone. Il va falloir s’y habituer, Owen ne jouera plus sous le nom de Final Fantasy, la nouvelle est tombée en décembre 2009 suite à un vrai conflit d’intérêt. D’origine canadienne, il a eu l’occasion […]

Owen Pallett est un violoniste plus connu sous le nom de Final Fantasy, en hommage à la série de RPG nippone. Il va falloir s’y habituer, Owen ne jouera plus sous le nom de Final Fantasy, la nouvelle est tombée en décembre 2009 suite à un vrai conflit d’intérêt. D’origine canadienne, il a eu l’occasion de briller au début de sa carrière avec les Arcade Fire ou The Hidden Cameras, et il vole depuis quelques années de ses propres ailes. C’est en 2006, avec son deuxième album « He Poos Clouds », successeur du génial « Has A Good Home » (avec la mémorable This Is The Dream Of Win & Regine en hommage aux deux leaders de Arcade Fire) qu’il se fait remarquer pour ses morceaux de violons au picking mélancolique et poétique. Il nous offrira deux superbes EP qui n’ont jamais vu le jour chez vos disquaires, disponibles à la vente sur son site officiel en édition très limitée : « Spectrum, 14th Century » et « Plays To Please » dont les efforts d’orchestration marqueront un certain tournant dans son univers musical. En dehors de ces deux EP, Owen n’avait finalement pas donné de signe de vie depuis 4 ans à son public.

« Heartland », sorti avec quelques mois de retard par rapport à ce que l’on espérait, valait l’attente et les espoirs que l’on avait pu placer en ce jeune homme que l’on a bien envie de qualifier de génie au vu de son travail. Avant les fêtes de fin d’année, Domino avait déjà mis à la disposition des internautes un extrait de l’album : le single Lewis Takes Action, efficace et entraînant, tout en écho. Sur l’ensemble du disque, cuivres et grandes percussions viennent agrémenter la poésie inhérente à la musique à la fois classique et moderne du canadien. Il ira même jusqu’à offrir une présence, bien plus importante que sur les albums précédents, aux artifices électroniques qu’il affectionne tant sur l’introduction de Midnight Directives, The Great Elsewhere ou Red Sun No.5. Au rayon des morceaux traditionnels, il s’illustre avec un picking impeccable sur Keep The Dog Quiet, Oh Heartland, Up Yours!. Toutefois, un disque n’est pas grand-chose s’il n’offre aucune perspective après une solide consolidation des bases et « Heartland » ne manque finalement pas de rebondissement et mélodies troussées pour offrir à l’auditeur un kaléidoscope dépaysant. Le duo des Lewis embrasse des sommets de plaisir et E Is For Estranged laisse bouche bée. Avec l’alternance de morceaux à dominante électronique et organique, « Heartland » sonne comme un doux équilibre, qui berce et accompagne toutes vos soirées. A défaut d’être sorti plus tôt, ce troisième album officiel d’Owen Pallett est son meilleur effort à ce jour.

Je dois confesser que je ne l’aurais pas trouvée seule (un chroniqueur de la maison me l’a soufflé) mais par moments, un titre bien particulier de l’album (Tryst With Mephistopheles) rappelle quelques sonorités de Loney Dear. Alors, dans ces temps d’ouverture, on pourrait se prendre à imaginer un album en collaboration de ces deux grands créatifs de notre époque.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Midnight Directives
  2. Keep The Dog Quiet
  3. Mount Alpentine
  4. Red Sun No. 5
  5. Lewis Takes Action
  6. The Great Elsewhere
  7. Oh Heartland, Up Yours!
  8. Lewis Takes Off His Shirt
  9. Flare Gun
  10. E Is For Estranged
  11. Tryst With Mephistopheles
  12. What Do You Think Will Happen Now?

La disco de Owen Pallett

In Conflict9
90%
Heartland9
90%

Heartland

He Poos Clouds
0%
Has A Good Home7
70%