In Conflict


Un album de sorti en chez .

9

Owen Pallett revient avec un album tourmenté, où le canadien n'a jamais semblé autant en conflit avec lui-même. Cela tombe bien, c'est le titre de son nouvel album.

On ne vous présente plus Owen Pallett mais, si son nom ne vous dit rien, nous avons déjà couvert le canadien de toutes les éloges possibles dans nos colonnes. Lentement mais sûrement, après déjà deux albums remarquables signés sous le nom de Final Fantasy (« He Poos Clouds » et « Has a Good Home« ), le talent de l’artiste a explosé avec l’excellent « Heartland » en 2010. Puis plus rien.

C’est donc non sans une certaine excitation que son « In Conflict » nous est parvenu et, malgré le petit retard pris dans l’écriture de cette chronique, il n’est jamais trop tard pour en dire du bien. Le violon et les orchestrations grandioses du canadien sont évidemment toujours les ingrédients principaux mais, cette fois-ci, il s’est clairement hissé à un niveau d’ambition supplémentaire avec l’ajout de samples électroniques et quelques distorsions. Sans provoquer d’indigestion, le dosage est maîtrisé, de sorte que l’on découvre une nouvelle facette dansante à sa musique jusqu’à présent appréciée au casque et dans une ambiance intimiste. La lumière entre puis ressort aussitôt et l’on ne saurait dire si l’intervention de Brian Eno y est pour quelque chose mais Pallett s’initie à un travail d’illusionniste où chaque chanson a ses faux semblants (la transition entre The Passions et The Sky Behind the Flag devrait vous laisser sans voix). Certes, cet album est mélancolique, triste, torturé, mais vous y trouverez quelques jolis moments d’espoir et de belles envolées (le trio de départ I am Not Afraid, In Conflict, On a Path illustre bien ces variations d’émotions).

Se voulant plus personnel, cet album met Owen à nu. Il y livre ses démons intérieurs : sa vision pour le moins tourmentée de la paternité (dans la magnifique I am Not Afraid), son homosexualité qui n’est plus un secret pour personne et d’autres thématiques comme la dépression ou l’alcool. Même si nous sommes habitués aux différents niveaux de lecture de ses chansons, un fond de vérité apparaît ici plus nettement.

Difficile de trouver à redire à ce disque, non parce que l’admiration nous aveugle, mais parce qu’il sera sans doute difficile de lui trouver des défauts majeurs avant quelques années, exception faite de cette pochette ultra minimaliste. Plusieurs écoutes seront nécessaires pour décrypter tous les tours de magie qui provoquent son enchantement (qui frise l’électrique avec The Riverbed). C’est quand on en aura compris tous les rouages qu’on pourra vous dire ce qui fonctionne et ce qui fonctionne moins bien à l’oreille. Ou alors, comme pour tout bon tour de magie, rien ne sert de chercher à l’expliquer.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. I Am Not Afraid
  2. In Conflict
  3. On a Path
  4. Song For Five & Six
  5. The Secret Seven
  6. Chorale
  7. The Passions
  8. The Sky Behind the Flag
  9. ---> (1)
  10. The Riverbed
  11. Infernal Fantasy
  12. Soldiers Rock
  13. ---> (2)

La disco de Owen Pallett

In Conflict9
90%
Heartland9
90%

Heartland

He Poos Clouds
0%
Has A Good Home7
70%