Home


Un album de sorti en chez .

7

Peter Broderick est un artiste américain auteur de 4 albums aux influences et sonorités très différentes, à raison de deux sorties par an  : « Docile » et « Retreat/Release » chez respectivement King Disk et Type Records en 2007, et « Float » et « Home » chez respectivement Type Records et Bella Union en 2008). Il définit ainsi ses influences sur […]

Peter Broderick est un artiste américain auteur de 4 albums aux influences et sonorités très différentes, à raison de deux sorties par an  : « Docile » et « Retreat/Release » chez respectivement King Disk et Type Records en 2007, et « Float » et « Home » chez respectivement Type Records et Bella Union en 2008). Il définit ainsi ses influences sur sa page Myspace : « friends and family, sights and sounds, experiences past and present ». Voilà qui témoigne bien de la poésie du personnage et de ses compositions. « Floats » se veut très orienté musique d’ambiance moderne sur les grands espaces, proche du travail de Max Ricther, mais « Home » verse plutôt dans la veine du folk vaporeux et lunaire, rappelant les premiers albums très lo-fi de Gravenhurst.Démarrant sur un Games tout en chœurs se faisant écho, Peter Broderick annonce d’entrée de jeu la couleur. Ce disque se dégustera avec du temps, une écoute plus ou moins attentive, des moments de pause, des reprises, et surtout un silence absolu autour de soi. Alternant les moments nuageux (And It’s Allright, Below It) et les éclaircies quasiment instrumentales (Esbern Snares Gade 11,2tv, Sickness, Bury). « Home » est un album d’introspection sur soi, un album de retrouvailles avec son corps et son esprit, un cri d’amour et de tristesse à la fois. Guitare au picking, banjo timide par ici, de l’écho dans la voix,  quelques nappes difficilement discernables, voilà l’univers minimaliste et riche qui compose « Home ». On n’est jamais bien sûr de ce que l’on entend sur ce disque, tant chaque morceau se termine par un crescendo d’instruments, une montée en puissance poignante (Maps).

Les titres du dyptique final, Maps et Games Again (en réponse au premier morceau de l’album) sont d’une beauté saisissante et introduisent des percussions mais toujours lointaines, presque caressées par le vent. « Home » sent bon le retour aux sources, la douce chaleur d’une soirée entre amis, la prise de conscience. Peter Broderick signe comme un outsider dans l’actualité bien chargée de 2008 une pièce superbe, dont nous sommes un peu frustrés d’être passés à côté en temps et en heure. Mais il en faut du temps à un bon cru.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Games
  2. And It's Alright
  3. With The Notes In My Ears
  4. Esbern Snares Gade 11,2tv
  5. Below It
  6. Sickness, Bury
  7. Not At Home
  8. There And Here
  9. Maps
  10. Games Again