Preoccupations - New Material

New Material


Un album de sorti en chez .

8

Avec "New Material", le groupe post-punk canadien gagne nettement du terrain dans sa quête d'identité artistique.

D’aucuns diraient qu’il s’agit d’un cliché ou d’un raccourci facile lorsque l’on confronte le nom d’une entité artistique à ses productions. Il en existe des exemples à la pelle, sûrement autant voir moindre que les noms de scène ne se rapportant guère aux contenus. Dans le cas précis de Preoccupations, la réflexion s’est peut-être faite en deux fois lorsqu’il fallut modifier son appellation et trouver le compromis parfait entre l’étiquette et le produit, ou bien en seconde hypothèse, ce choix s’est naturellement présenté sans le concours d’intenses joutes, telle l’évidence. Quoi qu’il en soit, le tableau obscur au bord d’idées létales que renvoient les quatre montréalais à certaines presses paraît imprécis et plus qu’amplifié. Ce derniers ont plutôt parfaitement choisi le nom idoine à leurs réflexions, bazardant l’absolution suicidaire et auto-destructrice contre des peintures achromes en recherche de nuances, des illustrations d’inquiétudes latentes et perpétuellement anxiogènes laissant passer quelques rayons lumineux.

En substance, les fondements post-punk qui les caractérisent depuis l’EP “Cassette” font écho à ces discernements, quitte à avoir un peu trop surfé sur la vague mancunienne avec fidélité et s’en voir reproché en retour. S’il reste encore quelques relents de comparaisons dès le triptyque d’ouverture notamment (Espionage, Decompose, Disarray), dans l’utilisation d’un synthé ultra new-wave ou dans le phrasé caverneux et désabusé de Matt Flegel, ces références s’amenuisent au profit d’une approche lancinante devenue naturelle dans leur structuration d’un morceau, et qui avait été quelque peu laissée en suspens sur le précédent album éponyme contre un rendu plus anachronique. En étalage sur “New Material”, des titres comme l’excellent Antidote en imposent par leur caractère, orchestrés de ses coups de butoir obsédants côté pile et d’assonances dérangeantes, entre euphorie et inconfort, côté face.

Même lorsque les sentences s’arrachent sur Solace ou lorsque la jauge obscure se veut entretenue sous tension dans des moments d’accalmies (Manipulation, Doubt), Preoccupations garde le fil de ses idées sur des textures tranchantes, à fleur de peau et non loin d’excès rageurs, telles une descente aux enfers qui jamais ne toucherait le fond. Le must ultime interviendra en fermeture sur Compliance, résumant l’affaire en beauté avec son instrumentation post-rock et ses affres synthétiques, son inquiétude palpable mais jamais rédhibitoire, qui impose surtout à l’esprit que le groupe de Calgary sait aisément se détacher de ses propres chaînes.

Comme habituellement avec ce type de groupe (et de style musical), l’adhésion se fait sans heurts ou au contraire avec fracas, voire purement inconcevable. Ce qui pourrait sauver les apparences et précipiter l’inversion tiendrait du visuel, d’une réussite exemplaire, entourant ce troisième LP. De son artwork à géométrie variable aux mises en scène élaborées de ses singles, aux abords ternes, froides et noircies mais en quête perpétuelle de couleurs et d’une symbolique d’existence qui viennent littéralement tronquer l’insidieuse morosité. Un atout majeur, sophistiqué et indissociable à l’ensemble de “New Material”, preuve que Preoccupations est un groupe qui reste à prendre au sérieux et n’usurpe guère sa place dans le haut du panier post-punk moderne. Preuve aussi que de l’ombre vers la lumière, il n’y a qu’un pas…

 

Community Manager
  • Publication 446 vues9 avril 2018
  • Tags PreoccupationsJagjaguwar
  • Titres recommandés Disarray Antidote Compliance
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Espionage
  2. Decompose
  3. Disarray
  4. Manipulation
  5. Antidote
  6. Solace
  7. Doubt
  8. Compliance

La disco de Preoccupations