Sans Rancune


Un album de sorti en chez .

8

Nouvel album d'un trio atypique à l'univers artistique total.

Dans l’univers des filles de Proksima, vous le savez si vous les connaissez déjà ou si vous nous lisez régulièrement ou de temps en temps, il y a la musique, l’image et la danse. On s’intéresse donc ici au « vecteur de départ » de leur expression artistique totale qui trouvera son prolongement naturel dans des vidéos où l’image et les chorégraphies offriront une nouvelle dimension aux morceaux de « Sans Rancune », leur nouvel album. Mais, attention, pas de méprise, la musique n’est pas ici un simple argument de départ pour aller plus loin, car chez Proksima, rien ne se fait à moitié. Il y a donc, dans « Sans Rancune », une richesse de matière que nombre d’artistes n’atteignent pas.

Côté musique, dans le prolongement de « Diagonale », les arrangements electro éthérés, limpides, riches et variés sans être envahissants sont privilégiés et forment un « cadre sonore » en mid-tempo onirique, à la fois enveloppant et discret. Enveloppant parce qu’il contribue à créer l’ambiance générale de l’album, discret parce qu’il ne prend jamais le pas sur le chant et les textes. Le chant au sens propre, justement, et la place qu’il occupe sont au centre de l’album. Résultat d’une volonté concertée ou d’une plus grande confiance en sa voix de Paola Cardone, les morceaux sont interprétés avec une pureté de timbre extrêmement touchante, sans excès, mais sans restrictions non plus ni recours à une diction parlée qui finirait par apparaître comme une facilité ou rendre la musique de Proksima trop prévisible ou monocorde.

L’effet est d’autant plus admirable qu’il ne rogne en rien la place des textes d’Anouchka Djurdjevac, bien au contraire. L’autre tour de force de « Sans Rancune », c’est d’offrir des morceaux mélodiques, concis, sans pour autant tomber dans un académisme couplets/refrain trop évident. L’écriture est libre, la métrique ne se plie à aucune règle stricte, les textes sont à la fois poétiques et directs et n’en prennent que plus de force. Pas d’emphase excessive pour exprimer besoin de liberté et de dignité (Je Ne Veux Pas), les vicissitudes de l’âme et le dépit amoureux (Makeup), les stigmates de la violence subie (Décalée), ou même l’attachement qui peut se nouer avec un animal domestique (Mon Ami). Avec « Sans Rancune », les filles de Proksima affirment plus que jamais leur singularité et impressionnent par cette capacité à inscrire dans le réel et le quotidien une fibre artistique totale.

Rédacteur en chef
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Etat second
  2. Je ne veux pas
  3. Tu n'y croiras jamais
  4. Makeup
  5. En silence
  6. Décalée
  7. Un jour s'en vient
  8. C'est si beau
  9. Les enfants sont de cire
  10. Double
  11. Catharsis
  12. Mon ami
  13. Léthé II instrumental

La disco de Proksima

Sans Rancune8
80%

Sans Rancune

Diagonale8
80%

Diagonale