Purity Ring - Another Eternity

Another Eternity


Un album de sorti en chez .

3

Ce moment gênant ou l'on (tré)passe d'indie pop à pop.

Recette inédite, son spécifique, originalité et même future pop a-t-on pu lire. C’était en 2012. L’album “Shrines” s’imposait en combinaison heureuse, jonglant habilement avec rythmes hip-hop/R’n’B judicieusement syncopés, samples et loops électro variés cassant apparemment toute monotonie. C’était beau, passant presque à la postérité.

Ecoute après écoute, toutefois, on relevait déjà (chez Indiepoprock, tout du moins) une sempiternelle homogénéité – lassitude – dans l’ensemble de l’album, les spécificités du duo devenant à force de répétition, une faiblesse.

C’est confirmé. “Shrines” et “Another Eternity” mis bout à bout, écoutés en séquence, aucun décrochage de style, aucune évolution d’un album à l’autre ne viendront perturber la petite routine sonore.

On sera par contre davantage interpelés par les rappels ponctuels à d’autre artistes dans ce second album : l’intro de dust hymn est tout simplement ronesque, quelques sonorités raccrochent avec feu Crystal Castles. Il semble que Megan James et Corin Roddick ont su faire leur marché à bon escient, et entendent bien poursuivre sur leur lancée, provoquant un engouement populaire leur ouvrant les portes à davantage de collaborations avec d’autres artistes les plus en vue, à l’instar de celles arrangées avec Angel Haze et Danny Brown.

Ne soyons pas trop durs : on entendra évidemment “Another Eternity” dans tous les bars, soirées étudiantes, on verra le duo arpenter les plateaux de télé des shows les plus renommés car, commercialement parlant, la recette du duo canadien est redoutable, imparable. Un titre tel begin again concentre tous les composants nécessaires à l’omniprésence et le schéma est décliné d’un bout à l’autre de l’album.

Sortie en mars, suivie d’une incubation de quelques semaines… Il y a fort à parier que l’été 2015 sera farci de Purity Ring.

Another Eternity sera un carton, les foules se déplaceront, car, exposé initialement de manière éclatante en tant que formation novatrice, Purity Ring est resté coincé en 2012 et semble gentiment basculer dans le bourbier pop FM. Succès garanti.

 

Chroniqueur

Tracklist

  1. heartsigh
  2. bodyache
  3. push pull
  4. repetition
  5. stranger than earth
  6. begin again
  7. dust hymn
  8. flood on the floor
  9. sea castle
  10. stillness in woe

La disco de Purity Ring