Robin Leduc & The Pacemakers


Un album de sorti en chez .

Après un premier album, "Tout devient tout", sorti en 2003 chez V2 Music, on a bien cru que le néant avait absorbé à tout jamais Robin Leduc. En effet, cet originaire de Carcassonne émigré à Paris, malgré la reconnaissance de la presse, avait dévié de la ligne droite, celle qu’il s’était fixée et s’était vu […]

Après un premier album, "Tout devient tout", sorti en 2003 chez V2 Music, on a bien cru que le néant avait absorbé à tout jamais Robin Leduc. En effet, cet originaire de Carcassonne émigré à Paris, malgré la reconnaissance de la presse, avait dévié de la ligne droite, celle qu’il s’était fixée et s’était vu rendre son contrat… Pourtant pas d’abattement, juste la nécessité de repartir à zéro, reconstruire sur des bases saines.

Il travaille un temps sur l’album d’Austine puis rencontre Jean et Romain, section rythmique du groupe Hopper, avec lesquels le déclic se fait immédiatement. Robin Leduc devient groupe en s’acoquinant de ces Pacemakers et se lance dans l’écriture de morceaux en français qu’il nous présente aujourd’hui avec ce généreux EP. Le groupe propose un ensemble qui pioche allègrement dans le folk, le rock indé mais aussi la chanson ou le blues, des compositions sur lesquelles planent le spectre de Dylan, d’Electrelane, des Silver Jews et parfois même d’un certain… -M-. Assumer ses influences anglo-saxonnes, ne pas faire L’Autruche, Robin Leduc en fait la synthèse et tente de l’incorporer à notre culture, d’y mettre une touche française.

Et l’ensemble se révèle séduisant. Jouant les charmeurs de fans, le groupe surfe sur quelques vagues à succès, sans se laisser emporter, et attache un soin tout particulier aux arrangements parfois un peu bricolés, qui donnent une couleur personnelle, et une identité de plus en plus marquée. Une renaissance des plus prometteuses !

Chroniqueur

La disco de Robin Leduc