L’Eternité de l’instant


Un album de sorti en chez .

La première fois que j’ai écouté ce disque, à peine la voix se posait-elle sur les accords de guitare saturés que ma copine s’exclamait : « Mais on dirait Eiffel ! ». Et c’est vrai que les fans du groupe de Romain Humeau ne seront pas désorientés par son premier album solo (où il joue […]

La première fois que j’ai écouté ce disque, à peine la voix se posait-elle sur les accords de guitare saturés que ma copine s’exclamait : « Mais on dirait Eiffel ! ». Et c’est vrai que les fans du groupe de Romain Humeau ne seront pas désorientés par son premier album solo (où il joue pratiquement de tout, avec néanmoins quelques invités de choix sur certaines chansons) : quiconque a déjà assisté en live aux déflagrations sonores provoquées par Eiffel (c’est le cas de votre serviteur) sera en terrain conquis.

Mais à ce terreau familier (le sens de la mélodie bizarre sur le premier titre ultra-accrocheur, Beauté du diable est du pur Eiffel) s’ajoutent des touches inédites : l’intimité de Toi, ballade acoustique dénudée, le phrasé presque hip-hop de Je m’en irai toujours, la symphonie malsaine de L’éternité de l’instant, avec envolées de piano free à la Mike Garson… Et puis l’obsession de Romain pour les Pixies (on se souvient que Eiffel tient son nom d’une chanson du groupe de Black Francis, Alec Eiffel) est toujours vivace, en témoigne l’intro de S’enflammer.

Ce premier album solo est une réussite, le prolifique sieur Humeau a bien fait de l’enregistrer, car on y aura découvert une identité qu’on ne percevait pas forcément dans son groupe. Un disque habité, à l’image de son auteur.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Intro (Difference)
  2. Let Em' Know
  3. Exchange
  4. For However Long
  5. Don't
  6. Open Interlude
  7. Ten Nine Fourteen
  8. The Sequence
  9. Rambo
  10. 502 Come Up
  11. Sorry Not Sorry
  12. Been That Way
  13. Overtime
  14. Right My Wrongs

La disco de Romain Humeau