IMG_2078

Remind Me Tomorrow


Un album de sorti en chez .

8

Premier album très attendu de cette nouvelle année musicale.

Puisque la subjectivité est inhérente à toute critique, autant assumer : Sharon Van Etten, de par sa musique folk/rock intransigeante et chantée avec une intensité sans fard et son parcours exemplaire qui l’a vue s’affirmer album après album jusqu’au superbe “Are We There” paru en 2014, fait partie des artistes dont aura beaucoup de difficultés à dire du mal. Néanmoins, “Remind Me Tomorrow” est pour son auteure le disque de tous les dangers. En effet, une parution lors du premier mois de l’année en fait de facto un des tous premiers albums les plus attendus par les fans de musique indé en 2019, album qui paraît en outre cinq longues années après sa précédente production. Enfin, “Remind Me Tomorrow”, après l’aboutissement d”Are We There”, se devait de marquer une nouvelle étape dans la carrière de l’Américaine. Pour couronner le tout, au moment de se lancer dans l’écoute du disque, une légère appréhension perverse nous saisit. Perverse parce que, il faut l’avouer, ce qui a fait la beauté et l’intensité des précédents albums de Sharon Van Etten, c’est la transcendance par la musique d’expériences souvent douloureuses. Alors, après cinq ans de “coupure”, un équilibre affectif retrouvé et la mise au monde d’un bébé, l’album ne risquait-il pas d’être celui d’une artiste qui va bien, ce qui serait certes une bonne nouvelle pour elle, mais perd de fait la substance de base de sa création ?

Le début d’album ne tarde pas à nous éclairer, en tout cas sur la forme. Pas de doute, d’abord, sur la volonté de Sharon Van Etten de repenser ses textures sonores et ses dynamiques et, très vite, après l’inaugural et, peut-être volontairement assez neutre I Told You Everything, qui s’appuie sur quelques mesures de piano, on glisse vers des morceaux sur lesquels s’invitent des arrangements et une batterie électroniques. Quand, sur Comeback Kid, le tout s’agrémente d’une dynamique ouvertement pop et, sinon héroïque, du moins déclamée à pleins poumons, on craint que l’Américaine ait tourné le dos à tout ce qui nous a fait nous attacher à elle pour s’engager sur la voie d’une musique possiblement fédératrice au détriment de son identité d’origine. De fait, si ce sentiment va assez rapidement s’estomper, on aura un peu de mal à complètement accrocher aux morceaux sur lesquels cette batterie électronique trop présente nous attaque les oreilles (Comeback Kid, donc, mais aussi Seventeen). Mais, parlant de Seventeen, à côté de cet aspect quelque peu parasitant, Sharon Van Etten parvient à imposer une mélodie convaincante notamment grâce à son chant puissant et habité.

Et, sur le reste de l’album, on va, petit à petit, renouer avec son auteure. Pas renouer dans le sens “revenir en terrain connu”, ce qui reviendrait à affirmer qu’on refuse à Sharon Van Etten le droit d’évoluer, ce qui serait absurde, mais dans le sens où ce sont sa sensibilité et son approche qui sont à la baguette et pas une matière impersonnelle qui aurait été confiée à un producteur à la main lourde qui aurait envoyé ses chansons sur l’autoroute de la pop insipide. “Remind Me Tomorrow” est clairement plus “positif” et baigné par une lumière plus douce que ses albums précédents, mais dans des morceaux comme Hands ou You Shadow, elle laisse percevoir toutes ses attentes et toute sa fragilité, elle se tire plutôt bien sur une ballade comme Stay du jeu entre sa voix et de petits arrangements sophistiqués et réussit quelques moments de bravoure, notamment sur le très beau Memorial Day, à la fois planant et légèrement inquiétant par ses éléments dissonants en fond, ou l’intrigant Jupiter 4, interprété avec une justesse bluffante. Et si, au-delà de la subjectivité dont on a parlé au départ, on adoube Remind Me Tomorrow”, joli titre en forme de pied de nez soit dit au passage, c’est parce que Sharon Van Etten ne triche pas. En cinq ans, elle a changé, assume de ne pas se répéter, mais sait d’où elle vient et où elle veut aller.

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. I Told You Everything
  2. No One's Easy to Love
  3. Memorial Day
  4. Comeback Kid
  5. Jupiter 4
  6. Seventeen
  7. Malibu
  8. You Shadow
  9. Hands
  10. Stay