Embrace


Un album de sorti en chez .

Si je vous dis San Francisco, il y à de fortes chances que vous pensiez Haight-Ashbury, Grateful Dead & Janis Joplin… Pourtant, aujourd’hui la ville est plus hipster que hippie, Silicon Valley plutôt que Woodstock, plus électro underground que flower power. Bizarrement, les groupes de la région qui arrivent a percer a l’échelon national ces […]

Si je vous dis San Francisco, il y à de fortes chances que vous pensiez Haight-Ashbury, Grateful Dead & Janis Joplin… Pourtant, aujourd’hui la ville est plus hipster que hippie, Silicon Valley plutôt que Woodstock, plus électro underground que flower power. Bizarrement, les groupes de la région qui arrivent a percer a l’échelon national ces temps-ci, revendiquent tous plus ou moins un héritage 60’s/70’s : Girls, The Dodos, Thee Oh Sees, Wooden Shijps… La tendance mériterait décryptage. Nostalgie ? Time trap (sans les marmottes) ? Cliché ?

Sleepy Sun, nouvel évadé de la scène de la Bay Area, joue aussi pleinement cette carte revivaliste/passéiste/nostalgique. Malgré ce que le titre, "Embrace", pourrait laisser croire, il n’est point question ici d’emo larmoyante pour teenager, mais plutôt de rock psyché, tendance pachydermique. Si le nom de l’album peut prêter a confusion, l’ambivalence du patronyme du groupe colle, lui, à merveille : le New Age inaugural est une rêverie psychédélique, interrompue à intervalles réguliers par des éruptions de guitares. Si son introduction est plutôt gentillette, les guitares de Sleepy Son, elles, n’ont qu’une envie, vous enfoncer dans le sol en vous tapant très fort sur le crâne. White Dove, point culminant de l’album illustre à merveille cet oxymore, le solo de batterie Bonhamien y est suivi… d’un folk hippie à l’harmonica.

Pas besoin de chercher bien loin l’influence majeure de Sleepy Sun, le Zeppelin de plomb est à l’honneur. Comme le faisait le Zep’, les Californiens alternent entre titres calmes, quasi-acoustiques, tendance pastorale Bilbo le Hobbit et rock chevelu sous influence. Red/Black et son intro à la guitare pincée, a du être écrit en hommage à Jimmy Page. Dommage que contrairement aux Anglais, les Californiens n’excellent vraiment que lorsqu’ils lâchent les chevaux. Snow Goddess ennuie ferme, jusqu’à ce que les guitares ne s’envolent dans un tourbillon psychédélique assez jouissif. N’est pas Robert Plant qui veut.

Pour les amateurs de rock 70’s et d’envolées psychédéliques, "Embrace" offre néanmoins un revival  plus qu’agréable, à l’image du "In The Future" de Black Mountain l’année dernière. Un album totalement rétro dont on pourra garder le vinyl de côté pour l’entraînement hebdomadaire d’Air Drums.

Chroniqueur
  • Publication 112 vues24 décembre 2009
  • Tags Sleepy SunATP
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. New Age
  2. Lord
  3. Red/Black
  4. Sleepy Son
  5. Golden Artifact
  6. White Dove
  7. Snow Goddess
  8. Duet With the Northern Sky

La disco de Sleepy Sun

Embrace
0%