Sargent Place


Un album de sorti en chez .

7

Deux mois après la sortie du live" The Morning Becomes Eclectic Sessions", revoici Spain avec un nouvel album studio qui doit relancer la carrière du groupe.

D’abord, précisons que Spain ne s’est pas métamorphosé avec ce nouvel opus. On retrouve le groupe dans les compositions calmes et recueillies du leader Josh Haden. Produit par Gus Seyffert, qui a travaillé avec The Black Keys, Nora Jones , Beck et le groupe Willoughby et enregistré dans le home-studio de celui-ci, l’album a été mixé par Darell Thorp (Beck , Radiohead, Paul MacCartney). Le titre du disque  est d’ailleurs le nom de la rue où se trouve le studio de Gus Seyffert. Sur ces dix morceaux empreints de la griffe Spain, les seules surprises pour ceux qui connaissent les albums précédents seront un blues, From The Dust, et un titre rapide pour du slowcore, genre revendiqué par Spain, It Could Be Heaven.
L’album s’ouvre sur un morceau dépouillé, Love At First Sight, qui monte progressivement en intensité et met en valeur la ligne mélodique du chant de Josh Haden. Puis lui succède un slow aux arpèges de guitare sixties, The Fighter, qui lorgne vers la soul. Ensuite vient It Could Be Heaven, qui ferait un remarquable single et qui est le titre le plus évident de l’album. From The Dust, qui lui succède, est un blues avec un bon riff joué à la basse. Puis nouvelle rupture avec Sunday Morning et son tempo enlevé, sa guitare électrique en évidence et son refrain pop. Ce morceau pourrait laisser croire un instant que Spain est un groupe anglais, mais on revient vite à une facture plus classique avec Let Your Angel qui sonne  un peu comme un cantique, impression renforcée par les sonorités d’orgue.

Mais, c’est un fait, certaines chansons et atmosphères de Spain sont parfois un brin religieuses. D’ailleurs, leur « Best Of » ne s’appelle-t-il pas « Spirituals » ? Le titre suivant, To Be A Man, qui commence à la guitare acoustique et laisse les musiciens dans l’ombre, creuse ce sillon. le groupe est ensuite plus à l’honneur sur In My Soul, qui est du Spain pur Jus, à faire écouter à ceux qui ne connaissent pas leur travail pour qu’ils en aient une idée fidèle. On passe ensuite à un morceau sur lequel figure la contrebasse de Charlie Haden, le père de Josh et musicien de Jazz. Ce titre est plus tendu que les précédents et donne dans une atmosphère plus mélancolique que le reste de l’album. On termine par Walking Song, le titre le plus court de l’album, reposant et inspiré.
Spain a sa personnalité et son style propre, des instrumentistes qui interviennent discrètement sans en faire des tonnes et on regrettera seulement que le groupe soit trop effacé derrière son chanteur Josh Haden, l’impression qu’il pourrait très bien se contenter d’interpréter ses chansons seul à la guitare, laissant dépouillement et une sérénité teintée de douce amertume à l’honneur, ne nous quittant jamais vraiment. Avec des musiciens tels que ceux qui composent aujourd’hui ce groupe, Spain pourrait faire encore mieux que ce qu’on nous propose sur cet album, néanmoins très bon. A Josh Haden, en premier lieu, et ses acolytes, de méditer.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Love at First Sight
  2. The Fighter
  3. It Could Be Heaven
  4. From the Dust
  5. Sunday Morning
  6. Let Your Angel
  7. To Be a Man
  8. In My Soul
  9. You and I
  10. Waking Song

La disco de Spain