My-Ass

My Ass


Un album de sorti en chez .

7

My Ass : album solaire et immédiat !

Stanley Brinks et les Wave Pictures reviennent en cette fin d’année avec le quatrième rejeton de leur prolifique collaboration. “Gin“, jusqu’ici dernier en date nous avait clairement conquis par son métissage élégant de lo fi country et de rock plus noisy. “My Ass” porte lui bien plus franchement la patte Herman Düne.

De fait, l’influence de Stanley Brinks semble avoir pris le pas sur les compositions de cet opus, avec des rythmiques plus lascives auxquelles sa voix se marie magnifiquement. Toujours entre le détachement et la complainte, l’organe du monsieur prend clairement le lead et guide le jeu tout en délicatesse de l’orchestre qui l’accompagne. Délaissant les digressions acides qui faisaient la force de “Gin”, le trio British, s’emploie à épurer son jeu de manière à soutenir l’ambiance vaporeuse qui s’échappe du micro voix.

Quelques contre-exemples viennent ponctuer ce diagnostic quelque peu manichéen. Think About You et Love Me Too laisse place à des solos stridents et éraillés symptomatiques du jeu de David Tattersall. Brighton et Goodbye My Love, elles, sont bien plus directes, moins aériennes. Deux titres à l’écoute desquels on s’imagine bien au volant de notre voiture sous un soleil doux, seul sur la route, une espèce de volupté apaisante et fun, du bien-être tout simplement.

Enfin, une démarche forte semble se dégager de tout cela, plus que du psychédélisme on aurait tendance surtout à parler d’hypnose. Clarinette et autres instruments à vent, appuyés par une basse minimaliste particulièrement identifiable et les rythmiques cotonneuses, charment l’auditeur qui se meut sans y prêter attention tel un serpent sortant de sa jarre. À ce titre le travail effectué à la guitare nous paraît être d’une grande qualité, s’évitant l’écueil du revival 60’s tant écumé. Au diapason de l’ambiance, la proposition de la six cordes est tout sauf triviale et place encore un peu plus David Tattersall comme un réel guitar hero de l’indé.

En conclusion, “My Ass” se risque bien moins au grand écart stylistique que son prédécesseur, mais le résultat demeure tout aussi jouissif avec un rendu plus “en touché”, un album précieux en somme qui recèle de nombreux trésors cachés.

S’il ne devait en restait qu’un titre : With My Chin.

Webmaster
  • Stanley Brinks

    Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

    The Wave Pictures

    Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. My Camel
  2. Brighton
  3. Fire To My Mind
  4. Berlin
  5. Love Me Too
  6. Run Along
  7. Think About You
  8. Goodbye My Love
  9. Wakefield
  10. With My Chin
  11. Back To My Island In The Sun
  12. Balluta Bay