Opening


Un album de sorti en chez .

9

Dans la belle et grande famille du beatmaking français nous vous avons déjà parlé de Fakear, de La Fine Équipe, ou encore de Thylacine. C'est au tour de Superpoze à l'occasion de la sortie de son premier album Opening.

Il y a, dans la musique de Superpoze, quelque chose de puissant, d’épique même. C’est du moins ce qu’on avait pu ressentir dans ses EP, avec notamment des morceaux comme Silver Head ou encore Pavane qu’il avait produit pour la Maison Kitsuné.

 

Dans cet album il ne perd pas cette force, mais il la module, il la travaille, il la poli. Il renouvelle ainsi sa musique pour nous offrir un voyage intense et  presque impossible à décomposer en titres tant il est cohérent, il semble fait pour s’écouter d’une traite à chaque fois. Et dans un monde où la musique ne s’écoute plus que morceau par morceau et que les albums sont souvent déconstruits par une consommation brute et mécanique, cet album montre que des artistes cherchent encore à produire des albums et non à vendre des « singles ».

Ce court voyage nous fait passer par des sons très lents comme Overseas et certains plus dynamique comme Ten Lakes, ce dernier proposant une partie de basse presque house comme le fait aujourd’hui Ghost Culture, mais bien évidemment on retrouve toujours la patte de Superpoze. Ne vous y méprenez pas, cet album n’enflammera quand même pas les pistes de danse. Si vous voulez un conseil: attendez plutôt que la nuit tombe, de préférence par temps de pluie, ouvrez votre fenêtre, regardez en dehors, mettez votre casque audio sur les oreilles et commencez l’écoute de cet Opening. Si tout se passe comme prévu, quelque chose de merveilleux se déroulera avant la fin de Home Is Where I Am.

Cet effort est une expérience musicale innovante mais en même temps efficace où tout invite à l’imagination. Vous pouvez aisément vous en rendre compte en écoutant le morceau qu’il avait choisi de partager fin mars, Unlive:

 

Sa musique est remarquablement bien dosée et mixée, ainsi il est capable de marier des sons très électriques, avec d’autres contenant un simple piano. Il en tire un son épuré, parfois assez complexe mais toujours juste. Malheureusement tout voyage a une fin, mais ici c’est une fin « à la Superpoze », c’est à dire grandiose, puissante et en même temps avec un certain minimalisme. Notre seul regret concernant cet album est le fait qu’il ne contienne que huit titres, mais ce sont huit petits bouts de grâce qui marquent la véritable naissance d’une jeune pousse à l’avenir prometteur !

Chroniqueur

Tracklist

  1. Opening
  2. North
  3. Time Travel
  4. Overseas
  5. Unlive
  6. Ten Lakes
  7. Movement
  8. Home Is Where I Am
  9. Overseas (Sekuoia Rework)
  10. Unlive (Dream Koala Rework)
  11. Opening (Fakear Rework)
  12. Time Travel (Jean Tonique Vision)
  13. Overseas (Code Rework) - Live at Les Studios Saint Germain

La disco de Superpoze

Opening9
90%

Opening