Taken By Trees - East Of Eden

East Of Eden


Un album de sorti en chez .

La jeune Suédoise, Victoria Bergsman, est loin d’être une inconnue, pour peu que l’on se soit penché sur les mélodies sucrées des Concretes et le tube de Peter, Björn and John, Young Folks. Ayant décidé de voler de ses propres ailes, elle sort en 2007 un premier essai sous l’appellation Taken By Trees, « Open Field », […]

La jeune Suédoise, Victoria Bergsman, est loin d’être une inconnue, pour peu que l’on se soit penché sur les mélodies sucrées des Concretes et le tube de Peter, Björn and John, Young Folks. Ayant décidé de voler de ses propres ailes, elle sort en 2007 un premier essai sous l’appellation Taken By Trees, « Open Field », puis décide d’enregistrer une partie de son dernier album au Pakistan, avec des musiciens du cru.

Sous quels angles doit-on considérer « East Of Eden » ? Tout d’abord, ce n’est pas un album estampillé « musiques du monde » (déjà rien que cette appellation est affreuse). Bien au contraire, et c’est là que réside le génie de Victoria Bergsman et de ses musiciens. A savoir d’avoir intégré des éléments de la musique traditionnelle pakistanaise dans des morceaux qui auraient plutôt Animal Collective, en plus soft, comme parenté.

Le sublime morceau d’ouverture, To Lose Someone, contient en effet des instrumentations dont les noms m’échappent. Mais le son est parfaitement adapté à nos contrées. Le timbre doux et un peu fêlée de Victoria Bergsman s’insinue avec justesse, et on se laisse vite prendre par ces quelques minutes de douce transe. Sans compter que les chœurs sont assurés en pakistanais.

Elle introduit du field-recording entre les morceaux, afin que l’auditeur s’imprègne de l’ambiance dans laquelle a été conçu l’album. Des chants extirpés de la rue, des instantanés de vie. On reconnaît la voix de Noah Lennox dans les chœurs d’Anna, petite mélopée gracieuse, qui flirte allégrement avec celles de Panda Bear. Mais c’est Watch The Waves qui décroche le pompon du plus beau morceau de l’album, la rhytmique lanscinante de disputant à des cordes graciles et une flûte aérienne dans une atmosphère féérique, comme une invitation au voyage, intérieur s’il le faut. Victoria Bergsman chante en suédois sur Tidens Gång, une chanson douce et déchirante. Et elle laisse carrément les rênes à une chanteuse pakistanaise, pour un morceau, Wapas Karna, cent pour cent enregistrée en acoustique, pour saisir la quintessence de cette musique traditionnelle trop méconnue.

Grosse et belle surprise, la reprise du hit d’Animal Collective, My Girls, ici intitulé My Boys. Sans tout l’attirail flashy et psychédélique, le morceau entame une deuxième vie, de façon plus adoucie et non moins malicieuse. Day By Day est également un morceau typiquement dans la veine du collectif, assez barré pour sortir quelque peu des sentiers battus, mais toujours avec l’intention d’en faire un morceau pop accrocheur.

« East Of Eden » a beau être court, mais ce n’est nullement dommageable quand on évalue le plaisir ressenti à l’écoute de ces perles, qui évitent avec justesse l’écueil du trip exotique de pacotille. Taken By Trees, grâce à ce voyage, a gagné en maturité, et on ne va pas s’en plaindre.

Chroniqueur

Tracklist

  1. To Lose Someone
  2. Anna
  3. Watch The Waves
  4. Greyest Love Of All
  5. Tidens Gång
  6. Wapas Karna
  7. My Boys
  8. Day By Day
  9. Bekännelse

La disco de Taken By Trees