Volcano


Un album de sorti en chez .

6

Second album des Anglais aux cheveux dans le vent.

Ah, Temples, leur jeunesse, leurs gueules d’anges, leurs coupes de cheveux et leur musique qui fleure bon les années ’70 ! Tout ça est vrai et quand on y ajoute le succès commercial de « Sun Structures », leur premier album, ça les ferait presque passer pour des pestiférés obsédés par l’ambition de faire fonctionner au maximum le tiroir-caisse en jouant à fond la carte de la nostalgie d’une époque soi-disant bénie et le recyclage de la pop psyché. Ces dernières années ont pourtant prouvé que leur créneau était le bon et on a généreusement tressé des lauriers avec un peu trop d’enthousiasme à Tame Impala notamment pour l’avoir investi. Bref, à l’heure du second album, les compteurs sont remis à zéro, pour Temples comme pour d’autres, la question étant avant tout de savoir si le groupe saura perpétuer son filon, voire le réinventer. Certainty et Strange Or Be Forgotten, les deux singles déjà parus, avaient en tout cas annoncé que Temples n’étaient pas prêts à remiser leur joie de vivre et leur psychédélisme au placard et que leur sens du refrain n’était en rien émoussé. Comme un symbole, ces deux titres ouvrent et referment l’album. Avec la pochette de « Volcano », ils en rajoutent une couche en y allant à fond dans les couleurs et avouent en creux un intérêt pour Magritte et le surréalisme.

Musicalement, sur « Volcano », Temples est plus que jamais un groupe qui fonce tout droit en magnifiant tous les ingrédients qu’on leur associe, au point que, et c’est peut-être là la principale limite de l’album, on se demande s’il leur arrive de s’interroger sur la nécessité de séparer le bon grain de l’ivraie. Alors si eux ne le font pas, il faut bien le faire à leur place. Dans la catégorie des réussites, on mettra (I Want To Be Your) Mirror, pour sa structure baroque parfaitement assumée, à coups de flûte qui entrent en collision avec des synthés sur une dynamique décapante qui n’oublie pas une vraie sensibilité mélodique. Born Into  The Sunset, même s’il repose sur des ingrédients plus faciles (motif musical récurrent agrémenté de couplets classiques) assume son rôle de morceau vite identifiable à siffloter. Open Air est impeccablement écrit, porté par une belle ligne de batterie et s’écoute avec un plaisir non dissimulé.

Dans la catégorie des morceaux plus discutables, on placera All Join In ou How Would You Like To Go, titres emblématiques des limites de l’album et sans doute du groupe. Dans le premier cas, on a droit à un morceau sans inspiration, et la fibre psyché et ses sonorités vaguement planantes devient ici un catalogue d’artefacts pratiques pour l’habiller. « Volcano » n’offre que peu voire pas de respirations et How Would You Like To Go serait sans doute ce qui s’en rapprocherait le plus, sauf qu’on sent Temples peu à l’aise dans l’exercice. Si on osait une métaphore, on dirait qu’on sent le groupe forcé de s’aventurer sur un axe secondaire mais pressé de rejoindre l’autoroute, où il est de loin le plus à son avantage. Ce qui résume bien « Volcano » et Temples : un album et un groupe éminemment sympathiques, mais un objet qui est davantage le résultat du travail de faiseurs que de créateurs.

Rédacteur en chef
  • Publication 1 212 vues10 mars 2017
  • Tags TemplesHeavenly
  • Titres recommandés Certainty I Wanna Be Your Mirror Born into the Sunset Strange or Be Forgotten
  • Partagez cet article

Tracklist

  1. Certainty
  2. All Join In
  3. I Wanna Be Your Mirror
  4. Oh the Saviour
  5. Born into the Sunset
  6. How Would You Like to Go?
  7. Open Air
  8. In My Pocket
  9. Celebration
  10. Mystery of Pop
  11. Roman Godlike Man
  12. Strange or Be Forgotten

La disco de Temples

Hot Motion4
40%
50%

Sun Structures

Volcano6
60%

Volcano