Dancers And Architects


Un album de sorti en chez .

The Audience cache bien son jeu : derrière un patronyme en "The" et ce rock nerveux et direct, qui pourrait deviner les origines allemandes du groupe ? Pas grand-monde, en tout cas pas nous, car à l’écoute de leur second album, "Dancers And Architects", c’est bien Outre-Manche que l’on aurait tenté de les situer sur […]

The Audience cache bien son jeu : derrière un patronyme en "The" et ce rock nerveux et direct, qui pourrait deviner les origines allemandes du groupe ? Pas grand-monde, en tout cas pas nous, car à l’écoute de leur second album, "Dancers And Architects", c’est bien Outre-Manche que l’on aurait tenté de les situer sur la carte. Au petit jeu des influences, pas de doute, on verse dans l’Anglo-Saxon. On pense souvent à Kele Okereke et ses comparses de Bloc Party. L’omniprésence d’une batterie hyperactive, surchargée de cymbales et hi-hat, et la basse, mélodique, bondissante, n’y sont certainement pas étrangères.

En revanche, malgré un stimulant déferlement d’énergie, les morceaux de The Audience restent plutôt légers, un aspect parfois guilleret accentué par la présence constante d’un orgue qui apporte également une richesse supplémentaire dans un son par ailleurs plutôt émacié. Les compositions sont globalement de bon niveau, sans originalité ni variété excessive, mais "Dancers And Architects" parvient à éviter les trous d’air trop flagrants, et à proposer quelques très bons moments, comme l’entrée en matière Teal Missing, le très fiévreux Paperboy’s Soul, ou le plus calme Fusty Lines.

Au final, malgré un léger manque d’homogénéité et un certain nombre de titres très dispensables (Picture’s Motion, Lucy ou The Shy Runner, juste sauvé par un refrain efficace), ce nouvel album est une bonne surprise. Certes, les douze morceaux du programme se ressemblent et se répètent beaucoup trop pour empêcher ces 38 minutes de paraître indispensables, mais au retour des beaux jours, un disque énergique et dynamisant, sans prise de tête excessive, est toujours le bienvenu !

Chroniqueur

La disco de The Audience