A Strange Education


Un album de sorti en chez .

3

Que ceux que le revival post-punk horripile me pardonnent car on va ajouter à la longue liste des Editors, Bloc Party, The Rakes et consorts les écossais de The Cinematics. Le quatuor de Glasgow est donc un des énièmes rejetons britanniques à s’engouffrer dans la brèche ouverte par les américains d’Interpol. Pour l’originalité on repassera. Avec […]

Que ceux que le revival post-punk horripile me pardonnent car on va ajouter à la longue liste des Editors, Bloc Party, The Rakes et consorts les écossais de The Cinematics. Le quatuor de Glasgow est donc un des énièmes rejetons britanniques à s’engouffrer dans la brèche ouverte par les américains d’Interpol. Pour l’originalité on repassera.

Avec des influences telles que The Smiths, Joy Division ou Echo & The Bunnymen, il n’est guère étonnant que le quatuor ait choisit un producteur (Stephen Hague) ayant travaillé par le passé avec Blur, New Order ou les Pet Shop Boys. Le reproche que l’on pourrait faire aux Cinematics et à leur producteur concerne leur son, trop propre, trop policé, trop commercial. Pour le reste ils ne font qu’appliquer, parfois avec bonheur, une recette connue de tous.

Guitares en avant, rythmique hypnotique, chant torturé, les Ecossais ont de qui tenir. Si contrairement aux Franz Ferdinand leur but n’est pas de faire danser les filles, les Break, Rise & Fall ou autres Keep Forgetting sauront malgré tout susciter les déhanchés. Balançant entre post-punk, new-wave et rock FM les Cinematics surfent sur la vague revival de façon parfois grossière mais plus les ficelles sont grosses et  moins on les voit. L’adage se confirme une fois de plus ici avec des titres tel que Human ou A Strange Education, énièmes resucées d’un genre pourtant usé jusqu’à la moelle.

L’ensemble souffre d’un évident manque de noirceur, de profondeur, d’âme, qui attirera certainement un auditoire plus large mais rebutera les plus exigeants. Il ne suffit pas encore de porter une chemise sombre et une mèche pour être le nouveau Ian Curtis. Pourvu que ça dure.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Race To The City
  2. Break
  3. A Strange Education
  4. Human
  5. Chase
  6. Rise & Fall
  7. Sunday Sun
  8. Keep Forgetting
  9. Ready Now
  10. Maybe Someday
  11. Alright
  12. Asleep At The Wheel
  13. Home (Acoustic)

La disco de The Cinematics