goon-sax-were-not-talking

We’re Not Talking


Un album de sorti en chez .

8

Bourré de bonnes idées fraîchement mises en musique, cet album est un réel concentré de bonne humeur.

Retour après deux ans et demi d’absence pour les Goon Sax. Le trio de Brisbane formé en 2013 avait, avec “Up to Anything”, posé les bases d’une musique inventive et somme toute fort agréable. Il restait cependant un impalpable goût d’inachevé, comme si le groupe ne savait pas encore exactement où il allait.

Mais ça, c’était avant. Sur “We’re Not Talking”, le ton est donné dès le premier morceau, Make Time For Love. Les nouvelles compositions seront joviales, créatives et bourrées d’énergie. Et rien ne va venir troubler ce triptyque lors des 11 titres qui suivent.

Par rapport à leur premier effort, les Goon Sax ont mis des points sur les i et décidé d’opérer quelques perceptibles changements. Les mélodies par exemple sont devenues bien plus gaies. Si l’album précédent lorgnait plutôt vers un spleen désinvolte mais assumé, ici ce n’est plus du tout le cas. On est passé du Côté Lumineux de la Force. Sans renier leur style, ils en proposent une version plus claire et plus enjouée. Une mutation qui s’opère aussi par l’apport de différentes voix. Si sur “Up To Anything” les variations au chant étaient présentes mais légère, elle sont maintenant la norme et créent une nouvelle identité. Le mix entre voix masculines et féminines donne une impression de fraîcheur indéniable. Comme si le groupe repartait de zéro à chaque prise avec un tout nouveau line-up.

Les Goon Sax prennent aussi quelques risques instrumentaux, comme sur Losing Myself, qui commence avec pour seul instrument une boîte à rythme. Assez troublant, mais au final payant car les ajouts successifs de voix, guitare et clavier en font un des meilleurs morceaux de l’album. Ou comme sur Strange Light, où la délicieuse voix de Riley Jones est à peine perturbée par un fond sonore qui colle parfaitement à l’ambiance. Simple et délicat.

Si le groupe a un peu cherché sa voie, il est clair que le style est maintenant fluide et défini. En s’appropriant la pop dans tout ce qu’elle a de plus dansante, enivrante et entrainante, ils prennent le relais d’une autre formation qui excellait dans le genre à savoir les Standard Fare. Sachant que ces derniers ont justement splitté l’année de formation de The Goon Sax, la formule est toute trouvée pour dire que la relève est là, et bien là !

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

La disco de The Goon Sax