Houdini


Un album de sorti en chez .

La scène punk-hardcore américaine issue des années 80 aura engendré quelques noms prestigieux que l’on retrouve chez tout indiepopeux qui se respectent : Fugazy, Hüsker Dü, Black Flag, Minutemen. S’ils sont un peu à part de ces groupes respectables, The Melvins fait parti de ces grands groupes discrets, dont la discographie honorable se retrouve souvent […]

La scène punk-hardcore américaine issue des années 80 aura engendré quelques noms prestigieux que l’on retrouve chez tout indiepopeux qui se respectent : Fugazy, Hüsker Dü, Black Flag, Minutemen. S’ils sont un peu à part de ces groupes respectables, The Melvins fait parti de ces grands groupes discrets, dont la discographie honorable se retrouve souvent citée en référence dans de nombreuses formations généreuses en décibel, dont la plus connue fût Nirvana.

Avec une volonté farouche de mélanger Captain Beefheart, Black Sabbath et Black Flag, King Buzzo (Guitare) et Dale Crover (Batterie) ont écumé de nombreux labels indépendants, changé plusieurs fois de bassiste et sorti un ultime "Lysol" avant de rejoindre la major Atlantic pour réaliser le puissant "Houdini". On est en 1993, Smell Like Teen Spirit tourne en boucle sur toutes les radios, et en souvenir des leçons de guitare que lui avait prodigué King Buzzo, Kurt Cobain décide de produire en partie cet album. Même si la petite histoire raconte que Cobain était un peu endormie lors des sessions d’enregistrement, il en résultera un disque lourd, puissant, sombre et distordu. Une ode aux riffs bulldozer, un hymne aux Power Chords, aussi subtil qu’un éléphant dans un magasin de porcelaine.

On retrouve là quelques pépites qui graveront dans le marbre les éléments de style de la vague grunge. C’est ainsi que le superbe Lizzy est construit sur une alternance calme / énervée qui prend à la gorge l’auditeur dès les premières notes. Honey Bucket est à l’évidence le morceau le plus le plus facile d’accès de "Houdini", et se révèle d’une incroyable efficacité avec sa construction basée sur un riff primaire de trois accords. Quelques morceaux sont plus heavy et lent, comme l’inaugurale Hooch, ou encore le mélodique Set Me Straight.  Enfin on retrouve aussi quelques bizarreries expérimentales, comme ce Sky Pup qui essaye de sonner comme une chute de "Trout Mask Replica", la basse métronomique de Pearl Bomb, ou encore la batterie primitive omniprésente sur Spread Eagle Beagle, sans oublier Goin’ Blind, une magnifique reprise de Kiss !

Si "Lysol" était leur "Daydream Nation" alors "Houdini" serait l’équivalent de "Goo", tant le passage des Melvins chez une major a été réussi. Depuis, King Buzzo et Dale Crover sont toujours là et leur dernier album "Nude With Boots" est toujours marqué par un son puissant qui s’annonce toujours comme un véritable élixir de jouvence.

Chroniqueur