Help Us Stranger


Un album de sorti en chez .

7

Jack White ressucite ses Raconteurs pour combler son besoin de création.

L’avantage de multiplier les projets au fil du temps est que ça vous permet d’être omniprésent tout en donnant l’impression que vous faites un come-back. Ainsi, Jack White a donné des nouvelles en solo en 2018, le revoici aujourd’hui mais au sein des Raconteurs, « supergroupe » initié en 2006 mais qui n’avait plus sorti d’album depuis 2008. Cependant, il n’y a plus grand monde pour être dupe du besoin insatiable de produire de Jack White, dispatché entre ses différents projets, histoire de ne pas voir son nom directement en grosses lettres sur la pochette à chaque fois, peut-être, ce qui risquerait de mettre en exergue que, depuis qu’il a mis fin à l’aventure White Stripes, son bilan n’est pas des plus reluisant. Car, en gros, que peut-on retenir de Jack White en dehors du duo qu’il a formé avec sa comparse Meg ? Un tube efficace, Steady As She Goes, avec ces mêmes Raconteurs en 2006, quelques belles prestations scéniques avec Dead Weather, son autre projet « annexe » qui faisaient oublier le peu d’intérêt des albums produits par la bande, et, côté solo, des albums jugés sympa et un dernier plus clivant, considéré comme un chef d’oeuvre par certains, comme une daube par les autres…

Finalement, la principale qualité de Jack White aura certainement été d’être parvenu à rester en haut de l’affiche et de n’avoir vu ni le public ni la critique se détourner de lui en dépit de la médiocrité globale de sa production depuis plus d’une décennie maintenant. Une prouesse qui doit certainement beaucoup à la spontanéité et à la fraîcheur non feintes que Jack White infuse dans chacun de ses albums, solo ou « partagés ». Car s’il y a bien une chose qu’on ne peut pas lui reprocher, c’est d’être cynique et de produire au kilomètre dans le seul but d’alimenter son image. Non, Jack White est un passionné, prendre une guitare ou martyriser les fûts d’une batterie, écrire et interpréter des morceaux à la patine blues/rock vintage assumée sont pour lui des besoins viscéraux. Et, une fois encore, plutôt que sortir la mitraillette pour pointer les limites de l’exercice sur « Help Us Stranger », on préférera rester sur l’idée que, sur cet album, White et consorts se sont fait plaisir et que, dans les meilleurs moments, leur enthousiasme est contagieux.

Intrinsèquement, l’album se situe néanmoins dans la fourchette haute moyenne des productions de Jack White. En d’autres termes, pas de grosse prise de risque, rien qui scotche aux baffles, pas de tube en puissance, mais pas non plus de titres ultra faiblards à même de nous lasser à l’écoute de l’album. De Bored And Razed en passant par Sunday Driver, ça claque bien, le groupe est soudé et porte avec conviction et verve des titres au groove indéniable, qui lorgnent assez largement vers la soul, plus encore sur la semi-ballade Now That You’re Gone. Cette volonté de faire davantage chalouper ses morceaux sans renier les guitares est finalement la principale évolution formelle de Jack White ces dernières années et « Help Us Stranger » pourrait nous laisser imaginer que notre homme a la capacité et la réserve de nous pondre tôt ou tard un album qui, cette fois, sera davantage qu’un condensé d’énergie positive et de plaisir. Mais, pour le moment, sans cultiver de quelconque nostalgie, on est obligé de constater que, ce qui lui manque encore pour y parvenir est de retrouver un alter-ego de la trempe de Meg White.

Rédacteur en chef
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Bored and Razed
  2. Help Me Stranger
  3. Only Child
  4. Don't Bother Me
  5. Shine the Light on Me
  6. Somedays (I Don't Feel Like Trying)
  7. Hey Gyp (Dig the Slowness)
  8. Sunday Driver
  9. Now That You're Gone
  10. Live a Lie
  11. What's Yours is Mine
  12. Thoughts and Prayers

La disco de The Raconteurs