Lust, Lust, Lust


Un album de sorti en chez .

Avant la première écoute de "Lust, Lust, Lust", le quatrième album de The Raveonettes, on peut légitiment se demander si les Danois vont réussir à surprendre ou accrocher l’auditeur une nouvelle fois. En effet, si les trois albums précédents de Sharin Foo et de son pygmalion Sune Rose Wagner sont réussis, ils pouvaient tout de […]

Avant la première écoute de "Lust, Lust, Lust", le quatrième album de The Raveonettes, on peut légitiment se demander si les Danois vont réussir à surprendre ou accrocher l’auditeur une nouvelle fois. En effet, si les trois albums précédents de Sharin Foo et de son pygmalion Sune Rose Wagner sont réussis, ils pouvaient tout de même nous laisser pressentir une certaine lassitude pour leur prochain effort : la pop de The Raveonettes, ultra-référencée et finalement répétitive, serait-elle susceptible de tourner en rond ? Eh bien non. Sur "Lust, Lust, Lust", le duo revient avec sa formule de pop rétro sur fond noisy, où des mélodies simples sont bousculées par une saturation et une dissonance bien dosées. Les voix froides et étouffées se fondent parfaitement à l’ensemble. Encore une fois, les influences du Velvet, de the Jesus And Mary Chain, des Cure, de My Bloody Valentine, des productions Spectoriennes ou encore de Broadcast sont omniprésentes… mais si bien digérées !

Le morceau d’ouverture, Aly, Walk With Me, est incontestablement le meilleur de l’album. Il pose d’entrée de jeu une ambiance mystérieuse, glaciale et intriguante. La chanson repose sur une dynamique lascive, qui monte tranquillement en puissance avant d’exploser avec des déflagrations sonores jouissives. L’opposition entre la voix nonchalante et "détachée" de Sharin Foo et cette pression latente ne fait que renforcer le côté subversif et moite du morceau.

On redescend d’un cran avec Hallucinations puis avec Lust, une ballade plus apaisée mais tout aussi entêtante. Puis, le "tube" de l’album, Dead Sound, petite ritournelle enlevée au son plus spatial et plus lumineux. Mais You Want The Candy ou Blitzed sont autant de petites pépites pop qui tirent l’album vers le haut.

Au final, l’ennui ne pointe pas le bout de son nez : quand le rythme et l’intensité pourraient s’affaisser (Blush, Expelled From Love), ce n’est que partie remise et l’énergie reprend bien vite le dessus. Exit la monotonie. Nous voilà rassurés.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Aly, Walk With Me
  2. Hallucinations
  3. Lust
  4. Dead Sound
  5. Black Satin
  6. Blush
  7. Expelled From Love
  8. You Want The Candy
  9. Blitzed
  10. Sad Transmission
  11. With My Eyes Closed
  12. The Beat Dies