Mathematics / With The Invisible


Un album de sorti en chez .

Les EP n’étant pas ce qui se vend le mieux en France, c’est sous la forme de deux CD dans un seul et même boitier que l’on peut découvrir les premiers opus de The Servant, contenant six titres chacun. Le premier, intitulé « Mathematics » laisse la part belle à une pop électronique de très grande facture. […]

Les EP n’étant pas ce qui se vend le mieux en France, c’est sous la forme de deux CD dans un seul et même boitier que l’on peut découvrir les premiers opus de The Servant, contenant six titres chacun. Le premier, intitulé « Mathematics » laisse la part belle à une pop électronique de très grande facture. Les instruments rocks traditionnels sont présents (batterie, basse et quelques guitares acoustiques ou slide), mais ce sont bien les synthés et les samples qui prédominent. On pourrait bien sûr évoquer la new wave ou la pop anglaise, mais The Servant possède déjà une forte personnalité qui éloigne toute tentative de rapprochement avec d’autres artistes. La raison est simple : Dan Black, leader incontesté du groupe est un artiste incroyablement talentueux. Certaines de ses compositions sont exceptionnelles ( le lancinant « The Apes And The Chimpanzees » et les rythmés « Walking Through Gardens » et « Dripping On Your Maths » sont des morceaux extraordinaires) et sa voix, particulière et haut-perchée, se promène avec aisance sur tous les titres.
Le second EP « With The Invisible » montre une facette plus rock de The Servant, qui est sans aucun doute due à l’arrivée d’un guitariste à part entière. Les guitares se font plus présentes et beaucoup plus électriques (« Driving At Night », « The Entire Universe »). On note même l’arrivée d’autres instruments acoustiques (violons, violoncelles et saxophone) pour un EP qui sonne plus funky et groovy que son prédécesseur (« Biro », « In A Public Place »). Pop, électro ou rock, on ne sait plus trop bien où situer la musique de The Servant. Ces quatre anglais forment un groupe inclassable, atypique et apportent une grande fraîcheur dans le paysage musical anglais. Il s’agit tout simplement de la révélation de l’année 2000.

Chroniqueur

La disco de The Servant