A Grand Don’t Come For Free


Un album de sorti en chez .

Mike Skinner is Back ! Et pour ceux qui avaient aimé son excellent premier opus, “Original Pirate Material”, sachez que ce “A Grand Don’t Come For Free” va au delà de toutes nos espérances concernant le second album. C’est bien simple, et pas plus compliqué : ce qui avait fait le charme du premier disque […]

Mike Skinner is Back !
Et pour ceux qui avaient aimé son excellent premier opus, “Original Pirate Material”, sachez que ce “A Grand Don’t Come For Free” va au delà de toutes nos espérances concernant le second album. C’est bien simple, et pas plus compliqué : ce qui avait fait le charme du premier disque se retrouve ici décuplé.

Les sons tout d’abord. Dès les premières notes de “It Was Supposed To Be So Easy”, on sait que l’on a affaire à du bon, du très bon. Un riff d’orchestre répété en boucle, et Mike Skinner (a.k.a The Streets, je précise) et ses potes y vont de leurs impros avec un phrasé inimitable. Que dire également de ce “What Is He Thinking ?”, qui semble avoir été pondu sous acides.

Le premier disque avait comme particularité (et c’est ce qui faisait tout son charme) des textes, qui traitaient de la vie des “geezers”, ces jeunes british qui ne vivent que pour la fumette, regarder la télévision et aller en boîte. Il était le fruit d’expériences vécues par Mike Skinner, himself, et c’est ce qui rendait le tout attrayant. Ici, point de changement. Sur la route, Mike en a vu des vertes et des pas mûres, et c’est ce qui nourrit aujourd’hui ses textes… avec toujours les filles et la drogue.

Mais là où “A Grand Don’t Come For Free” se différencie de son prédécesseur, c’est par son côté pop / rock. Les mélodies jouent ici un rôle plus important qu’auparavant. Le fait que Chris Martin (Coldplay) ait failli enregistrer les voix de “Dry Your Eyes” n’est pas un hasard. Ces nouvelles compositions sonnent bel et bien rock, en particulier le premier single, “Fit But You Know It”, composé à la Telecaster, avec un petit riff qui n’est pas sans rappeler le son punk des Clash. Mention spéciale donc à “Dry Your Eyes”, “Fit But You Know It” et “Could Well Be In”, pour leurs audacieuses mélodies.

Pour le reste, inutile de dire que The Streets nous plonge toujours au c?ur de la culture de la jeunesse anglaise et que rien que ça, vaut sacrément le détour.

Chroniqueur
  • Publication 229 vues31 juillet 2004
  • Tags The StreetsWEA
  • Partagez cet article