Bashed Out


Un album de sorti en chez .

7

Plus qu'une confirmation, le nouvel album du trio anglais This Is The Kit, produit par l'artificier Aaron Dessner (The National), pourrait bien être le symbole d'une bénédiction tant méritée...

À l’épreuve du temps, This Is The Kit poursuit tranquillement son bonhomme de chemin. Aucune ombre n’est venue ternir le tableau de la formation britannique qui, malgré un manque relatif de reconnaissance, distille depuis bientôt dix ans son folk sibyllin au gré de recueils aussi délectables les uns que les autres. Le combo bénéficie même depuis son deuxième album « Wriggle Out The Restless » de la production et de l’appui infaillible d’Aaron Dessner (The National) au coeur de son label Brassland, qui au-delà de mettre en avant ses protégés via ses différents réseaux, demeure comme un soutien de taille, du reste synonyme d’un gage indéniable de qualité.

Question visibilité, ce nouvel album pourrait être le détonateur et permettre au groupe de fuir le cap réglementaire des premières parties. Ce fut déjà le cas lors d’une récente tournée française où les salles se sont garnies dans un dévouement total pour la troupe de Kate Stables, l’occasion également de prouver que leur confidentiel succès n’est en rien dû au hasard, mais plutôt à l’intervention d’un magnétisme naturel favorable à s’approprier les faveurs d’un public.

Côté matière pourtant, This Is The Kit use de son schéma traditionnel, à quelques degrés près. On note tout d’abord l’apport d’arrangements subtilement discrets, nécessaires pour épaissir des compositions naturellement dénudées. Ces ajustements qui auparavant leur faisaient quelque peu défaut, ici fruits du berger Dessner, donnent lieu à des morceaux aux courbes délicieuses, incrustant en filigrane des lignes suspendues de guitare (Misunderstanding et son riff terminal, Spores, l’éponyme Bashed Out…), des arabesques de synthé en guise d’agréments idoines (We Are In) ou en disposant des cuivres non sans une certaine chaleur, voire un semblant de sensualité jusqu’ici inédit (In Cahoots, Vitamins).

Deuxio, on décèle dans cette classique recette une délicieuse levure pop, à peine marquée et savamment incorporée, administrant une ampleur conséquente aux intentions du groupe bristolien. Silver John en est un exemple parfait, mélancolique au demeurant, mais délivré avec une aisance et une délicatesse à faire fondre les gastronomes de pop songs raffinées ou mielleuses, toutes proportions gardées. Même lorsque le rythme se fait impérieux (Magic Spell) ou que le banjo refait surface (Spores All Settling), Stables et sa bande maîtrisent l’art de ne pas s’épancher en chemin, conservant un équilibre optimal entre tradition et innovation, suppléé en arrière plan par un désir d’enfin ériger l’album majeur qu’il manquait à leur discographie, tout en jurant fidélité à leurs gènes mélodiques réarrangés ici avec une ambitieuse parcimonie. Nul doute que cette nouvelle entreprise participera à faire naître ou grandir l’intérêt autour de leur univers délicatement éthéré…

 

Community Manager
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Misunderstanding
  2. Silver John
  3. Spores All Settling
  4. Magic Spell
  5. Bashed Out
  6. All In Cahoots
  7. Nits
  8. Vitamins
  9. We Are In
  10. Cold and Got Colder

La disco de This Is The Kit