Tortoise - The Catastrophist

The Catastrophist


Un album de sorti en chez .

7

« Alors pour le visuel, les gars, on prend la pochette belle ou la pochette moche ? Attends, tant qu’à faire, on prend la pochette moche, hein ! » C’est plus ou moins comment nous pouvons nous expliquer l’étrangeté franchement laide qui s’est retrouvé...

« Alors pour le visuel, les gars, on prend la pochette belle ou la pochette moche ? Attends, tant qu’à faire, on prend la pochette moche, hein ! » C’est plus ou moins comment nous pouvons nous expliquer l’étrangeté franchement laide qui s’est retrouvée à illustrer la jaquette du dernier Tortoise, “The Catastrophist”, qui porte peut-être bien son nom.

Mais parlons plutôt de l’histoire du disque, fruit d’une maturation de plusieurs longues années. Au commencement, il y a la ville du groupe, Chicago. L’esprit de cet album émane en effet d’une commande de la municipalité qui avait mandaté le groupe pour participer au projet “Made in Chicago : World Class Jazz”, évocation musicale de cette ville berceau du jazz et à la scène toujours en pointe. C’est à cette occasion que cinq pièces ont été composées par John McEntire et tout ce beau monde à carapace, puis jouées au Millenium Park à l’été 2010.

Résultat, forts d’une énergie créatrice et inspirante, ils ont décidé de poursuivre sur leur lancée et de réutiliser ces compositions comme les bases d’un nouvel album. Déstructurés, réarrangés, restructurés, onze morceaux sont nés. Six ans plus tard, donnant vie à “The Catastrophist”. Cette fois-ci encore, c’est la substance d’un métissage des genres qui est mise à l’honneur : rythmique jazzy, pluie de cymbales, escalade de synthétiseurs seventies, expérimentations, teinte minimaliste, vagues d’ambient, basse funky. La seule nouveauté réside sur Rock On et Yonder Blue où, respectivement, Todd Rittmann (U.S. Maple) et Georgia Hubley (Yo La Tengo) ont posé leur voix, ce qui rend les choses plus sensibles et plus délectables encore. Une fois n’est pas coutume.

Aucune surprise, mais à la hauteur de nos espérances, Tortoise reste avec “The Catastrophist” fidèle à ses principes, pas de quoi s’alarmer donc. Au contraire. Si le disque prend le temps de s’écouter et de s’apprécier, il dévoile les secrets de ses fantastiques progressions reptiliennes et de ses répétitions de façade à qui veut bien entendre. Et vibrer surtout.

Chroniqueur

Tracklist

  1. The Catastrophist
  2. Ox Duke
  3. Gopher Island
  4. Shake Hands With Danger
  5. The Clearing Fills
  6. Gesceap
  7. Hot Coffee
  8. Yonder Blue
  9. Tesseract
  10. At Odds With Logic