Awake


Un album de sorti en chez .

7

À première vue, rien n’a changé. La pochette suit le même schéma que la précédente, configurée autour de cette forme orbiculaire, ode évidente à l’astre solaire qui darde de ses rayons illuminés le travail de Scott Hansen. Et bien évidemment, toujours...

À première vue, rien n’a changé. La pochette suit le même schéma que la précédente, configurée autour de cette forme orbiculaire, ode évidente à l’astre solaire qui darde de ses rayons illuminés le travail de Scott Hansen. Et bien évidemment, toujours cette ambiance contemplative et brillante qui incarne l’univers de Tycho.

… et celui de Boards Of Canada avec qui des analogies ne peuvent être évitées, surtout à l’écoute de « The Campfire Headphase » sorti chez Warp en 2005. En effet, ils partagent le même goût des synthétiseurs aux sonorités atmosphériques et des morceaux au long cours – comptez quatre bonnes minutes de piste en moyenne. Mais ici, le détail compte triple, bien qu’un soin particulier soit également accordé à la production.

Il y a souvent deux niveaux, quasiment trois, à la fabrication des compositions de Scott Hansen : une première couche dédiée à la rythmique, la deuxième relève de la mélodie, souvent révélatrice d’envolées planantes, sur laquelle se greffent des kyrielles de sonorités : Montana et See. Un résultat kaléidoscopique pour une écoute nimbée de reflets de lumière irisés et mouvants.

Cependant, dire que « Awake » se situe seulement dans la continuité de « Dive« , paru en 2011, éclipserait la tournure pop qu’ont pris certains titres du disque comme Apogée et Spectre. Si la distinction entre les différentes plages était difficile à établir sur son prédécesseur, elle est plus marquée ici : les morceaux sont davantage construits, élaborés. Les structures mieux définies, l’aspect flottant, expérimental, des débuts est peut-être moins évident. Peu importe, après trois ans, « Awake » reste un vrai bel album même si le frisson de la découverte s’est envolé.

 

Tycho @ Trabendo – 27 mars 2014

 

C’est une salle comble qui accueillait Tycho jeudi dernier, avec un enthousiasme qui faisait plaisir à voir. Sur scène, pas un mais plutôt quatre musiciens qui se trouvaient là, les mêmes qui ont travaillé à la conception du disque comme les a présentés Scott Hansen. Awake ouvre le bal et met tout le monde d’accord : on ne pouvait pas mieux commencer. Les notes glissent les unes à la suite des autres, planantes et tellement mélodieuses, portées par un groupe qui joue en retrait, dans l’obscurité, pour que place nette soit faite aux images qui défilent derrière eux – un poil Club Med, entre visions solaires et plongées en eau claire. Evidemment, le soin apporté en studio se retrouve sur le live et les morceaux semblent plus reproduits que réellement incarnés. Mais ne soyons pas médisants, l’apport du bassiste et du batteur a apporté une étoffe, une profondeur qui ont été un vrai plus. La rythmique plus développée, impossible de ne pas songer quelque part à la musique de Com Truise. Au final, il n’a pas été bien compliqué de nous convaincre, surtout lorsque Tycho s’est attaqué aux prédécesseurs (Daydream, Dive, voire avant) de « Awake », qui était bien sûr à l’honneur avec par exemple Spectre et Montana, mais cela reste une musique qui s’apprécie davantage en version studio, le live apportant trop peu.

Chroniqueur

Tracklist

  1. Awake
  2. Montana
  3. L
  4. Dye
  5. See
  6. Apogee
  7. Spectre
  8. Plains

La disco de Tycho

Awake7
70%

Awake

Dive7
70%

Dive