Oxydant


Un album de sorti en chez .

Originaire de l’Essonne, Ummac Dan existe depuis 1994 et est constitué depuis ses origines des mêmes quatre musiciens, à savoir Toine (guitare et chant), Patoche (guitare et choeurs), Kev (basse et choeurs) et Liviou (batterie). Cette longévité et cette unité se ressent d’ailleurs énormément dans leur musique. Preuve en est, il leur aura suffit de […]

Originaire de l’Essonne, Ummac Dan existe depuis 1994 et est constitué depuis ses origines des mêmes quatre musiciens, à savoir Toine (guitare et chant), Patoche (guitare et choeurs), Kev (basse et choeurs) et Liviou (batterie). Cette longévité et cette unité se ressent d’ailleurs énormément dans leur musique. Preuve en est, il leur aura suffit de passer une seule nuit (le 27 septembre 1999 pour être exact) dans un studio pour enregistrer huit titres d’Oxydant, leur premier CD auto-produit (qui comporte au total dix pistes), et le tout en live. Belle preuve de cohésion !!! De plus, et ce n’est surtout pas à négliger, le son est vraiment bon pour une auto-production, ce qui sert parfaitement la pop raffinée d’Ummac Dan.
Très influencé par Radiohead (pour la mélancolie qui se dégage de la plupart des chansons) et Jeff Buckley, le groupe cite aussi Red Hot Chili Peppers, Noir Désir ou No One Is Innocent parmi les artistes qu’ils aiment écouter. Même si l’influence du regretté Jeff Buckley saute immédiatement aux oreilles lorsque l’on entend la superbe voix de Toine, Ummac Dan sait aussi varier les styles, en incorporant des éléments funks sur Man Game, ou en faisant planer l’ombre de la Mano Negra sur Gotcha (un des meilleurs morceaux du disques). Les quatre musiciens se montrent aussi très à l’aise sur les trois titres acoustiques que sont Finally Home, Occident et Sananda. D’une beauté rare, ces trois chansons sont emplies d’émotions et de fragilité.
Il ne faut pas le cacher, ce disque est assez difficile d’accès et ne s’apprécie véritablement qu’après plusieurs écoutes, tant les changements d’ambiances sont fréquents. Mais une fois passé le cap de la découverte, il devient impossible de se passer de chansons tels que les Eaux Calmes, Bad Fears ou Gotcha. Et lorsque l’on entend leurs derniers morceaux Médialyse et La Question, on se dit qu’Ummac Dan ne nous a pas encore montré toutes les facettes de son talent (qui me semble très grand) et que le meilleur est à venir. Il s’agit assurément d’un futur grand de la scène rock française.

Chroniqueur

La disco de Ummac Dan