La Seconde


Un album de sorti en chez .

La biographie d’un groupe, autoproduit ou non, étale très souvent les influences dont celui-ci se réclame sans trop d’à propos. Dans le cas de Un homme et une femme project, ces référents s’avèrent au contraire d’une rare justesse : le groupe propose sur ce quatre titres un croisement confondant entre Dominique A et les new-yorkais […]

La biographie d’un groupe, autoproduit ou non, étale très souvent les influences dont celui-ci se réclame sans trop d’à propos. Dans le cas de Un homme et une femme project, ces référents s’avèrent au contraire d’une rare justesse : le groupe propose sur ce quatre titres un croisement confondant entre Dominique A et les new-yorkais d’Interpol. La voix possède sensiblement le même timbre, sans toutefois le tremolo fragile caractéristique du rennais, et le rock sombre et fiévreux de la police internationale.

La force du groupe est de ne pas vouloir charger sa musique d’un excès d’arrangements superflus, pour préserver une tension et une urgence qui souligne davantage l’écriture et la composition des chansons. Au contraire, les guitares s’offrent des fulgurances crades que ne renierait pas le Sonic Lee Ranaldo. Bien qu?il apparaisse évident que Un homme et une femme project ait une culture (aussi) tournée vers le rock indé, sa musique n’en demeure pas moins accessible au plus grand nombre.

Les textes sont à l’égal de ces dispositions musicales, bien écrits, sans les excès de syntaxes rébarbatifs que l’on peut rencontrer (trop) souvent dans le rock français, avec le soupçon de cynisme qui nous invite à sourire sournoisement sous notre casque. Tout ceci s’assume très bien et mérite que l’on attende le premier album à venir en 2006.

Chroniqueur

La disco de Un homme et une femme project