Underworld - Barking

Barking


Un album de sorti en chez .

Autant vous prévenir tout de suite, cette chronique va vous parler de beaucoup de choses en provenance directe des années 90. Il faut dire qu’avec « Dubnobasswithmyheadman » et surtout le single Born Slippy, rendu célèbre avec le film « Trainspotting », Underworld a su marquer cette époque et fut l’un de ces groupes à […]

Autant vous prévenir tout de suite, cette chronique va vous parler de beaucoup de choses en provenance directe des années 90. Il faut dire qu’avec « Dubnobasswithmyheadman » et surtout le single Born Slippy, rendu célèbre avec le film « Trainspotting », Underworld a su marquer cette époque et fut l’un de ces groupes à populariser la techno, le drum & bass et la trance au delà des raves-parties. Un succès qui aura duré jusqu’à la fin des années 90 avec « Beaucoup Fish », avant le départ de Darren Emerson au début des années 2000 …

Aujourd’hui, nous sommes en 2010, il semblerait bien que les années 90 sont de retour, avec leur cortège d’anciens combattants, à commencer par Underworld qui revient avec « Barking », trois ans après l’honnête « Oblivion With Bells ». Alors on ressort les synthétiseurs, les TB303 pour beaucoup d’infrabasse, et les boites à rythmes TR808, sans oublier la voix sombre, cold wave et festive de Karl Hyde. On copie-colle tout ça et on obtient quelques  bons titres, comme l’inaugural Bird 1 ou encore l’excellent Scribble qui ressusciterait presque la techno de « Second Thoughest In The Infants ».

C’est d’ailleurs la direction que prend « Barking », car à l’exception de Hamburg Hotel qui lorgne du côté du dubstep, c’est d’avantage la célébration de la techno des années 90 que la recherche de nouvelles directions dans la musique électronique que l’on entend en navigant de titre en titre. C’est peut être le seul défaut de ce disque qui n’apporte pas beaucoup plus que leurs six derniers albums, malgré le fait qu’Underworld invite quelques producteurs et DJ émérites, comme High Contrast, Dubfire et Paul Van Dyk, .

On se surprend alors à trouver une étrange filiation à New Order sur Diamond Jigsaw et ses guitares électriques, et puis le disque se referme calmement avec les quelques notes de piano de Louisana. On range le CD, et c’est alors que l’on découvre le DVD qui contient aussi les clips venant illustrer chaque titre de « Barking » …

Chroniqueur

Tracklist

  1. Bird 1
  2. Always Loved A Film
  3. Scribble
  4. Hamburg Hotel
  5. Grace
  6. Between Stars
  7. Diamond Jigsaw
  8. Moon In Water
  9. Louisiana