Dubnobasswithmyheadman


Un album de sorti en chez .

Jusqu’à "Dubnobasswithmyheadman", Underworld n’était qu’un duo constitué de Karl Hyde et Rick Smith, réalisant de la new-wave sans succès. Mais c’est à l’arrivée du DJ Darren Emerson que le groupe commence à fonctionner, et c’est en introduisant des éléments venant de la trance que le son du groupe s’est mis à décoller. En pleine effervescence […]

Jusqu’à "Dubnobasswithmyheadman", Underworld n’était qu’un duo constitué de Karl Hyde et Rick Smith, réalisant de la new-wave sans succès. Mais c’est à l’arrivée du DJ Darren Emerson que le groupe commence à fonctionner, et c’est en introduisant des éléments venant de la trance que le son du groupe s’est mis à décoller. En pleine effervescence rave, il n’en faudra pas plus pour que tout le monde se déhanche sur la techno d’Underworld.
 
D’entrée de jeu on est embarqué par les basses omnipotentes et les rythmes répétitifs de Dark & Long, mais ce sont les claviers planants et la voix quasi-chuchotée de Karl Hyde qui achèveront de nous emporter dans une ambiance hypnotique croisant avec merveille new-wave eighties et rave nineties. Après aussi superbe introduction, difficile de résister à l’appel de notre corps sur le morceau de bravoure qu’est Mmm… Skycraper I Love You, dont les vibrations n’auront aucun mal à nous emporter pendant neuf minutes cadencées, avant d’effectuer une excellente rupture chargé de claviers lointains et de basses mélodiques, évoquant autant le krautrock que le minimalisme ambiant.
 
On pourrait continuer d’énumérer les morceaux, tous excellents, de "Dubnobasswithmyheadman", on se contentera de secouer la tête au son de la boîte à rythme de Surfboy, de danser jusqu’à l’épuisement sur Spoonman, de transpirer de tout son corps sur les rythmiques et les guitares de Cowgirls, pour enfin prendre une pause salvatrice sur Tongue, et se rappeler que Underworld pouvait évoquer parfois Durutti Column. Construit à partir d’éléments pop classiques (guitares, voix), de collages, de boites à rythmes effrénées et de basse proéminentes, ce disque constitue indéniablement un des chefs d’œuvre de la musique électronique. Enfin, malgré ses quinze ans, "Dubnobasswithmyheadman" semble ne pas avoir été marqué par le temps, et s’écoute toujours avec un plaisir hédoniste.
 
Après cet album, Underworld continue dans cette voie, pour atteindre un succès planétaire grâce au single Born Slippy figurant sur la B.O du film "Trainspotting". Et malgré le départ de Darren Emerson, le groupe continue de sortir des disques, aux atmosphères plus ambiantes, évoquant parfois la scène électronique allemande.

Chroniqueur
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Dark & Long - Remastered
  2. Mmm...Skyscraper I Love You - Remastered
  3. Surfboy - Remastered
  4. Spoonman - Remastered
  5. Tongue - Remastered
  6. Dirty Epic - Remastered
  7. Cowgirl - Remastered
  8. River Of Bass - Remastered
  9. M.E. - Remastered