valparaiso

Broken Homeland


Un album de sorti en chez .

7

Il y a les super groupes, et il y a les collectifs plus poétiques.

En 2008, sur les cendres de Jack The Ripper, The Fitzcaraldo Sessions voyaient le jour et publiaient”We hear voices” un album hors du temps resté l’unique production de ce collectif.
Sous l’impulsion d’Hervé et Thierry Mazurel, à l’origine de Jack The Ripper, Valparaiso a vu le jour en 2014.  Le collectif avait sorti quelques titres portés par la voix de Phoebe Killdeer (Nouvelle Vague) au creux de l’hiver 2015.
Au cours de ces deux dernières années, une pléiade d’artistes a été invitée à venir s’emparer des musiques pour y poser leurs mots. Ainsi retrouve-t-on sur “Broken Homeland” Phoebe Killdeer donc, Dominique A., Marc Huyghens (Venus), Rosemary Standley (Moriarty), Shannon Wright, Howe Gelb (Giant Sand), Frederic D. Oberland (Oiseaux-Tempête), Josh Haden (Spain),  Christine Ott, Julia Lanoë (Mansfield Tya). L’ensemble étant produit par John Parish, excusez du peu.

C’est donc un casting aussi enlevé que pointu qui embarque dans l’aventure Valparaiso et nous offre à écouter 13 ballades aux allures de contes et de légendes.
L’album se déroule comme on feuilletterait un album de famille, reconnaissant ça et là des visages familiers. Certains titres sont tellement empreints de leurs interprètes qu’on peine à croire qu’il y ait d’autres musiciens derrière.
C’est particulièrement criant sur Blown by the wind par Mark Huygens, un titre que n’aurait pas renié Venus de l’époque “Welcome to the Modern Dance Hall”, tout comme Marées Hautes est marqué par Dominique A, au delà de Valparaiso.
L’exercice est aussi délicat que l’équilibre entre l’existant et la touche de chacun est fragile. Ainsi, si certains titres sont largement dispensables, Le Septième Jour notamment, d’autres sont de véritables merveilles, Bury My Body (Shannon Wright) ou The River (Shannon Wright & John Parish), pour ne citer que ceux là.


Valparaiso se contemple autant qu’il s’écoute. Soignant autant la forme que le fond, le collectif a choisi d’ouvrir et de refermer son album par deux versions d’une même mélodie. L’une, Rising Tides, est interprétée par Phoebe Killdeer & Howe Gelb, la seconde, Marées Hautes, par Dominique A. Les deux clips reprennent aussi les mêmes codes et atmosphères, mais pour livrer deux messages bien distincts, bien que portés par un même personnage dans un même lieu.


Le diable est dans les détails, parait-il, et nul doute que Valparaiso soigne ceux qui le concernent. Jusqu’à mettre en piste 7 le titre instrumental éponyme par John Parish et Christine Ott, en point médian des 13 pistes, comme un manifeste en équilibre entre deux versants, comme une page blanche qui ne demande qu’à être écrite.

Valparaiso sera en concert au Café de la Danse le 21 Novembre prochain

 

Chargée de relations extérieures

Tracklist

  1. Rising Tides (feat. Phoebe Killdeer & Howe Gelb)
  2. Fireplace (feat. Rosemary Standley)
  3. Bury My Body (feat. Shannon Wright)
  4. Blown by the Wind (feat. Marc Huyghens)
  5. Wild Birds (feat. Phoebe Killdeer)
  6. Constellations (feat. Josh Haden)
  7. Valpariso (feat. John Parish & Christine Ott)
  8. The Allure of Della Rae (feat. Howe Gelb)
  9. The River (feat. Shannon Wright & John Parish)
  10. Broken Homeland (feat. Phoebe Killdeer)
  11. Le Septième jour (feat. Julia Lanoe)
  12. Dear Darkness (feat. Marc Huyghens & Frédéric D. Oberland)
  13. Marées hautes (feat. Dominique A)

La disco de Valparaiso