Chants, hymns and dances (avec Anja Lechner)


Un album de sorti en chez .

Qui était Gurdjieff ? Sage philosophe ou sombre mystique ? Un demi-siècle après sa mort, le mystère demeure. Si son activité ésotérique s?attache à défaire les cloisons de la pensée, sa musique en est la digne héritière. Jusqu?alors réservée aux groupes d’études de sa philosophie, ses compositions sont ici revisitées par un duo classique : […]

Qui était Gurdjieff ? Sage philosophe ou sombre mystique ? Un demi-siècle après sa mort, le mystère demeure. Si son activité ésotérique s?attache à défaire les cloisons de la pensée, sa musique en est la digne héritière. Jusqu?alors réservée aux groupes d’études de sa philosophie, ses compositions sont ici revisitées par un duo classique : le pianiste grec Vassilis Tsabropoulos et la violoncelliste allemande Anja Lechner.

Les pièces de Gurdjieff reflètent ses pérégrinations de l’Asie mineure jusqu’à l’Asie centrale et son parcours de vie : du berceau arménien à la stèle parisienne. Elles dressent un pont entre les traditions musicales orientales et occidentales, abolissant les frontières. Dans ce contexte de restructuration des schémas de pensée, Tsabropoulos et Lechner offrent des arrangements minimalistes. La chaleur du violoncelle rencontre la douceur du piano. Dans un perpétuel jeu sur les silences, avec le poids d’une note inattendue, par l’insistance d’une boucle mélodique se construit un paysage de quiétude. La sérénité des instrumentations de Gurdjieff est appuyée par quelques compositions de Tsabropoulos qui s?inscrivent dans le même sillon méditatif.

Pour la seconde fois, le label munichois ECM propose de découvrir un personnage controversé mais passionnant. En 1980, Keith Jarrett enregistrait « Sacred Hymns of G.I. Gurdjieff. ». Rencontrer un penseur à travers sa musique est une aventure singulière, en s?éloignant de l’aspect cartésien de l’écrit, on observe les tréfonds de l’âme, ses travers et ses replis pour mieux se rencontrer soi-même.

Chroniqueur