El Diablo Is Back


Un album de sorti en chez .

Les Washington Dead Cats sont un anachronisme, l’un des derniers vestiges d’une époque définitivement révolue. Formé en 1984, le groupe a fait partie de l’écurie Bondage, au sein de laquelle se sont illustrés la plupart des grand noms du rock alternatif français de la grande époque : Bérurier Noir, Ludwig Von 88, Lucrate Milk… On […]

Les Washington Dead Cats sont un anachronisme, l’un des derniers vestiges d’une époque définitivement révolue. Formé en 1984, le groupe a fait partie de l’écurie Bondage, au sein de laquelle se sont illustrés la plupart des grand noms du rock alternatif français de la grande époque : Bérurier Noir, Ludwig Von 88, Lucrate Milk… On parle donc ici d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent connaître que s’ils ont eu un grand frère punk ou s’ils ont fait preuve d’une précocité surnaturelle dans leurs choix musicaux. Une époque ou Didier Wampas n’était pas encore millionaire, une époque où les Dr Marten’s se portaient coquées, et rouges de préférence. Un nouvel album des Washington Dead Cats, c’est donc tout un parfum d’adolescence qui refait surface ; mais au-delà de la nostalgie, que retenir de ce « El Diablo Is Back » ?

Ce rockabilly punk s’appréhende avec une bonne dose de second degré : conscient d’officier dans le domaine de la caricature, le groupe joue avec les clichés, l’imagerie bande dessinée et Série Z, un peu comme les Cramps, les maîtres absolus en la matière. Heureusement, le groupe évite le piège de la simple pochade et parvient à délivrer quelques boogies endiablés d’une efficacité redoutable, surtout lors d’une première moitié d’album assez enjouée. Entre Cramps, Stray Cats et Clash, les Washington Dead Cats font taper du pied, et réussissent parfois même à donner envie d’aller regarder un bon vieux nanar d’Ed Wood.

Bêtement excitant par moments, « El Diablo Is Back » s’avère malheureusement trop long, difficile à écouter d’une traite. On regrettera également une production trop lisse, qui place les cuivres trop en avant au détriment des guitares, et qui aseptise souvent un rock qui se devrait au contraire de cultiver une énergie brute de décoffrage.

Chroniqueur

Tracklist

  1. I'M A Dead Cat
  2. You're My Little Hoodoo Voodoo Doll
  3. El Diablo Is Back
  4. Don't Blame The Flame Of Love
  5. I'm Going To Las Vegas And I'm Gonna Be A Star
  6. Crazy Voodoo Woman Is Back
  7. Treat Me Bad
  8. I Love To Hate You
  9. Burn Baby Burn
  10. My Baby Got A Man
  11. Mongoloid
  12. Lady Satana
  13. 13 Is My Lucky Number