La perte de temps


Un album de sorti en chez .

Après « Leaving the Weak Behind » (2001) chroniqué dans ces pages par votre serviteur, voici « La Perte de temps », nouvel effort de 4 titres en provenance du groupe Weakids. Et déjà, surprise : le premier morceau, éponyme, est en français, alors que dans leur précédent E.P. les Weakids s’exprimaient exclusivement en anglais. Mais ce qui pourrait […]

Après « Leaving the Weak Behind » (2001) chroniqué dans ces pages par votre serviteur, voici « La Perte de temps », nouvel effort de 4 titres en provenance du groupe Weakids.
Et déjà, surprise : le premier morceau, éponyme, est en français, alors que dans leur précédent E.P. les Weakids s’exprimaient exclusivement en anglais. Mais ce qui pourrait passer pour une concession aux dures lois du business et du sacro-saint passage radio (pour les groupes français qui chantent dans la langue de Shakespeare) est loin d’en être une : ruptures et breaks inattendus frappent de plein fouet l’auditeur ; les Weakids cherchent, triturent les structures.
« Fuktup », la 2ème chanson, dégage un fort parfum de Placebo. Subtiles guitares, voix suave : ce morceau diffuse un sentiment de mélancolie latente, sentiment littéralement concassé par des breaks gorgés d’électricité…
« KELSO », plus apaisée, évoque une americana perdue, les guitares à l’envers nous rappelant que même au sein de structures traditionnellement pop, les Weakids sont des chercheurs.
Au final, on a ici un très beau disque, faisant le grand écart entre des plages éclectriques et nerveuses (« Syst M ») et d’autres plus calmes (mais seulement en apparence car chez les Weakids la saturation est latente).
A quand l’album ?

Chroniqueur

La disco de Weakids