La Cucaracha


Un album de sorti en chez .

Depuis leurs débuts, Dean et Gene Ween traînent une réputation de groupe potache. A tel point qu’on attend avec impatience la sortie de leur prochain album pour y découvrir, avec un plaisir non feint, les nouvelles blagues débiles que le duo a composé. Que la pochette Kafkaienne de "La Cucaracha" ne nous induise pas en […]

Depuis leurs débuts, Dean et Gene Ween traînent une réputation de groupe potache. A tel point qu’on attend avec impatience la sortie de leur prochain album pour y découvrir, avec un plaisir non feint, les nouvelles blagues débiles que le duo a composé. Que la pochette Kafkaienne de "La Cucaracha" ne nous induise pas en erreur, la farce est bien de rigueur sur ce nouveau disque.
 
Pour preuve, le terrible Fiesta, qui figure en ouverture du disque, et dont les trompettes de mariachis tapageurs risquent de casser quelques oreilles. Pour autant, il serait dommage d’en rester là, notamment avec le superbe Blue Balloon, véritable morceau de pop absurde parfaitement construit. Jugez plutôt : synthétiseurs exubérants, lignes de basses mélodiques, et surtout une voix constamment à la pointe du second degré. Evidemment avec Friend, c’est tout autre chose, puisque les Ween proposent carrément un morceau de danse, qui ne ferait pas rougir Dr Alban. Tout cela à l’air odieux à la première écoute, et pourtant les Ween savent rendre leurs défauts complètement pardonnables, notamment grâce à la qualité de leurs compositions.
 
L’album est bien évidemment truffé de pépites comme ce Object, petit chef-d’œuvre bluesy, avec son refrain cynique (« You’re just an object to me »). Learnin’ To Love est un morceau de country particulièrement répétitif, qui semble échappé d’un vieux bouge pour rednecks. On trouve aussi une ballade au piano (Lullaby), un morceau de bravoure long de dix minutes, façon rock seventies et truffé de solos de guitare (Woman And Man), et une conclusion très fin de soirée eighties (Your Party). Avec autant de genres musicaux et d’humour dans un seul disque, comment ne pas crier au chef-d’œuvre ?
 
Bien sur, il y aura toujours des rabat-joie pour nous rappeler que ce disque est un gigantesque n’importe quoi pas forcément audible. On ignorera ces esprits cyniques pour se replonger dans les blagues régressives de Ween.

Chroniqueur
  • Publication 363 vues21 décembre 2007
  • Tags WeenRounder
  • Partagez cet article
  • Pas de concert en France ou Belgique pour le moment

Tracklist

  1. Fiesta
  2. Blue Balloon
  3. Friends
  4. Object
  5. Learnin' to Love
  6. With My Own Bare Hands
  7. The Fruit Man
  8. Spirit Walker
  9. Shamemaker
  10. Sweetheart
  11. Lullaby
  12. Woman and Man
  13. Your Party

La disco de Ween