Dead


Un album de sorti en chez .

7

Autant l'avouer, on regarde le hip-hop avec circonspection quand on ne préfère pas tout bonnement passer notre chemin. Avec Young Fathers, on se sent toutefois prêts à faire une exception.

Quelques motifs plus ou moins objectifs de s’intéresser à ce groupe : Young Fathers est un trio écossais, du moins d’adoption, deux de ses membres ayant des origines du côté du Nigéria et du Libéria. Un joli brassage des cultures donc, et le fait que nous n’ayons pas affaire à un énième phénomène en provenance des States. L’an dernier, le trio a rejoint l’écurie Anticon/Big Dada, qui depuis de nombreuses années fait arriver jusqu’à nos oreilles des productions ambitieuses au spectre plus large que celui traditionnellement cultivé par le hip-hop. Enfin, sur leurs deux mixtapes rééditées l’an dernier, Young Fathers avait fait étalage d’une palette très large d’influences, et par moments, ça envoyait vraiment.

On était donc curieux de découvrir ce que ça donnerait sur un véritable album composé de A à Z. A l’écoute de « Dead », le premier aspect qui frappe, c’est la production : l’exercice de la mixtape ayant ses limites, ça partait parfois un peu dans tous les sens. Au contraire, « Dead » s’avère très maîtrisé, voire parfois concis, avec onze morceaux ciselés et relativement brefs. Conséquence, l’album exsude une violence rentrée, très cadrée, qui peut d’abord déstabiliser et créer une petite déception, l’envie étant grande d’entendre les flows se débrider et les samples grincer un peu plus pour faire décoller le tout sur des titres comme No Way ou Just Another Bullet. Impression trompeuse, néanmoins, car au bout de quelques écoutes, on a révisé notre jugement.

Car si c’est d’abord le propos tendu et aride de morceaux pas franchement rieurs ( les titres, Just Another Bullet, War, Hangman, en témoignent), qui retient l’attention, porté par des mots mis en avant et scandés avec une véritable intensité, « Dead » ne se résume pas à cela. Les textures sonores sont en effet toujours changeantes, faussement minimalistes sur Mmmh, Mmmh, surprenantes sur No Way où l’on croit entendre des cornemuses, et imposent même un tempo pop sur Am I Not Your Boy. Et puis, derrière les flows rageurs viennent s’immiscer des refrains soul enjôleurs, sur les entêtants Get Up ou Low. Sur le superbe I’ve Arrived, qui referme l’album, le chant se fait solennel, habité comme un gospel. Juste avant, avec Am I Not Your Boy, Young Fathers livrent une magnifique ballade pop à tirer des larmes. Des références évidentes comme Tricky dans ses meilleurs moments nous passent en tête, mais Young Fathers se suffisent très largement à eux-mêmes, tant « Dead » s’affirme comme un véritable manifeste, colérique et grave, certes, mais aussi tout à la fois foisonnant et condensé, éclectique sans se disperser. Ce qu’on appelle trouver la bonne formule.

 

Rédacteur en chef

Tracklist

  1. NO WAY
  2. LOW
  3. JUST ANOTHER BULLET
  4. WAR
  5. GET UP
  6. DIP
  7. PAYING
  8. MMMH MMMH
  9. HANGMAN
  10. AM I NOT YOUR BOY
  11. I'VE ARRIVED

La disco de Young Fathers