Zeta Reticuli


Un album de sorti en chez .

Surtout, ne pas se prendre trop au sérieux. La dérision, le sens de l’humour, la légèreté ne sont pas toujours les qualificatifs les plus employés dans ces colonnes, et de manière général en musique, ils s’appliquent pourtant très bien aux hurluberlus de Zeta Reticuli. Si l’on se fie pourtant aux premières notes de cet album […]

Surtout, ne pas se prendre trop au sérieux. La dérision, le sens de l’humour, la légèreté ne sont pas toujours les qualificatifs les plus employés dans ces colonnes, et de manière général en musique, ils s’appliquent pourtant très bien aux hurluberlus de Zeta Reticuli.

Si l’on se fie pourtant aux premières notes de cet album uniquement instrumental, l’allégresse ne semble pas être le sentiment prédominant, mais c’est là que réside tout le plaisir de l’écoute de cette musique : elle témoigne d’une palette très large de couleurs, d’ambiances qui s’enchaînent et se complètent. Le tout emmené par une impeccable section rythmique massive, sur laquelle violon, piano et guitare s’en donnent à c’ur joie (les rebonds de violon sur Pilgrim sur Zeta 2). Ne parlons pas de style, ce serait parfaitement abscons : groove funk, blaxplotation (l’entrée en matière jouissive de Implantafunk 1), envolés célestes, bouffonnades… Le groupe semble se défendre de dédaigner un style musical au profit d’un autre ou d’écarter une tournure trop abrupte de son registre pléthorique. De vrais libertaires rigolards et facétieux mais aussi d’excellents musiciens parfaitement en place.

Ca foisonne, et surtout ça n’hésite pas une seconde à jouer l’excès, l’abondance, comme en témoigne ce final sirupeux à souhait, digne d’un thème de dessin animé des années 80 dont nous connaîtrions tous le thème principal. Jubilatoire.

Chroniqueur

Tracklist

  1. The Zeta Reticuli Incident - Original Mix
  2. Mata Vera - Original Mix

La disco de Zeta Reticuli